Solidarité

Pour accompagner la maladie, se taire c’est parler

Se tenir auprès de ceux qui souffrent est une mission de nature spirituelle dans laquelle l’écoute prend une part importante.

Un contenu proposé par Le Protestant de l'Ouest

Publié le 18 mars 2022

Lire directement l’article sur Le Protestant de l'Ouest

Pour beaucoup de personnes, le silence est troublant et fait peur. Il est pourtant constitutif du dialogue.

Au téléphone, une cousine me donne des nouvelles de sa mère, qu’elle est allée voir récemment. « C’est dur, tu sais, elle ne parle plus vraiment, on tend l’oreille. Et puis il y a des grands moments de blanc, j’ai abordé tous les sujets alors je ne sais plus trop quoi faire, ça ne me donne pas tellement envie d’y retourner souvent, pourtant c’est ma mère ! Cela dit, elle a l’air plutôt bien, elle sourit même de temps en temps ».

La spiritualité de Bach

Évoquer Bach pour parler des temps de rencontre avec des personnes fragilisées peut paraître étonnant. Le compositeur a néanmoins soutenu la spiritualité protestante de deux manières : des harmonies qui élèvent l’âme et des silences qui invitent à la profondeur. On lui attribue souvent l’idée que le sens de la musique est aussi dans le silence entre les notes. Il en est de même dans un temps de rencontre ; la parole crée des harmoniques et une compréhension, le silence peut rejoindre les êtres en profondeur.

La peur du vide

Le silence n’est donc pas vide, il marque la place donnée à l’autre dans un espace qui ne se voit pas mais se ressent très bien, pour peu qu’on s’attache à l’écouter. La cousine au téléphone parlait de moments de blanc vécus comme des temps morts, mais aussi du sourire de sa mère qui « a l’air plutôt bien ». Sa perception a donc été plus fine que son analyse de la conversation des mots, comme si un autre dialogue se nouait entre les personnes indépendamment de ce qui est dit ou des gestes concrets. Chacun sait que tenir une main ou serrer quelqu’un dans ses bras relève de la communication, alors pourquoi ne pas aller plus loin dans ce registre non verbal et s’attacher au regard, au frémissement de la peau, aux sensations de tension ou de détente que l’autre laisse entrevoir  ? On peut même penser que la spiritualité se dit entre deux personnes d’une manière qu’on ne perçoit pas, comme le silence entre les notes. La peur du vide serait-elle une appréhension  […]

Lire la suite sur Le Protestant de l'Ouest

Vous pourriez aimer aussi

Ukraine : les Églises locales organisent la solidarité

Depuis quelques jours, des initiatives pour aider les habitants d’Ukraine émergent en France et dans les Églises locales de la région.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

Les protestants passent à table !

Le mois de mars, c'est aussi le temps du carême. Mais au fait, quel rapport le protestant a-t-il vis-à-vis des plaisirs de la table ?

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

En Suisse, une pasteure sort la tronçonneuse

Une pasteure alémanique a décidé de scier une vieille chaire d’église pour en faire une table autour de laquelle elle souhaite inviter les jeunes de sa paroisse.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Le Protestant de l’Ouest

Lancé le 1er juillet 2020, le site web Le Protestant de l’Ouest a pris le relais de Protestant de l’Ouest, mensuel de l’Église protestante unie de France (EPUdF). Sa mission reste inchangée : promouvoir la pensée protestante, former, informer, échanger et transmettre le message du Christ.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast