Cinéma : le sacrifice au service du récit

Pour défendre un idéal ou racheter ses fautes, le sacrifice constitue un élément incontournable de la narration cinématographique. Il permet souvent de donner du relief aux personnages.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 9 mars 2018

Auteur : Nicolas Meyer

Lire directement l’article sur Réformés

Il était une fois dans une galaxie lointaine, très lointaine… Le vieux chevalier Jedi Obi-Wan Kenobi se bat contre l’infâme Dark Vador. Il gagne du temps pour permettre au jeune Luke Skylwalker de s’échapper de la station spatiale de l’étoile noire. Il y laissera sa vie. Cette scène, tirée de l’épisode IV de la saga Star Wars (1977) reste dans la mémoire des fans du genre comme le noble sacrifice par excellence. Le mentor s’efface pour permettre à l’élève de s’accomplir et de continuer son œuvre. Cette trame, qui trouve son origine dans les théâtres de la Grèce antique, est reprise dans de nombreuses œuvres cinématographies. Elle constitue souvent un élément dramaturgique fort destiné à susciter l’émotion.

Un moyen de rédemption

En dehors de ce genre d’acte « chevaleresque », le cinéma aborde la notion de sacrifice de manières diverses. «Dans les films catastrophe, il arrive souvent  qu’un personnage se sacrifie pour se racheter de quelque chose», note le cinéaste Vincent Adatte. Par exemple, dans le classique du genre La tour infernale (1974), l’un des responsables des avaries du bâtiment tente de sauver les autres au péril de sa vie. Ce sacrifice comporte clairement une dimension morale qui permet à un personnage de trouver une forme de rédemption. Le cinéaste note que cette dimension est totalement absente des films d’Alfred Hitchcock, qui préfère laisser les personnages aux prises avec leur culpabilité pour servir le récit. […]

Lire la suite sur Réformés

Dans la même rubrique...

Mon bilan série 2021

Les plateformes de streaming n'ont évidemment pas pâti de la crise du Covid19... bien au contraire.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

« De son vivant », un mélodrame lumineux

Un film bouleversant qui regarde la mort en face et choisit la vie, jusqu’au bout.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Prix du Cinéma de l’auditoire 2021

Le lauréat du Prix du Cinéma de l’auditoire a été décerné au "Père de Nafi" par le jury et sera remis le 25 janvier à Paris. Le grand public peut voir les autres films ce week-end à l’Institut protestant de théologie à Paris et ensuite voter pour le Prix du Public.

Un contenu proposé par Réforme

« (What if God Was) One of Us » de Joan Osborne

Sorti il y a plus de 25 ans, ce tube continue d’interpeller les auditeurs avec son refrain plutôt ironique qui sonne plus comme une question ou un défi qu’une affirmation ou une louange. L'analyse de Jonathan Hanley.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réformés

Réformés est le mensuel des protestants réformés de Suisse romande. Il est financé par les Églises réformées suisses des cantons de Vaud, Neuchâtel, Genève, Berne francophone et Jura.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast Les dossiers thématiques de Regards protestants