Cinéma : le sacrifice au service du récit

Pour défendre un idéal ou racheter ses fautes, le sacrifice constitue un élément incontournable de la narration cinématographique. Il permet souvent de donner du relief aux personnages.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 9 mars 2018

Auteur : Nicolas Meyer

Lire directement l’article sur Réformés

Il était une fois dans une galaxie lointaine, très lointaine… Le vieux chevalier Jedi Obi-Wan Kenobi se bat contre l’infâme Dark Vador. Il gagne du temps pour permettre au jeune Luke Skylwalker de s’échapper de la station spatiale de l’étoile noire. Il y laissera sa vie. Cette scène, tirée de l’épisode IV de la saga Star Wars (1977) reste dans la mémoire des fans du genre comme le noble sacrifice par excellence. Le mentor s’efface pour permettre à l’élève de s’accomplir et de continuer son œuvre. Cette trame, qui trouve son origine dans les théâtres de la Grèce antique, est reprise dans de nombreuses œuvres cinématographies. Elle constitue souvent un élément dramaturgique fort destiné à susciter l’émotion.

Un moyen de rédemption

En dehors de ce genre d’acte « chevaleresque », le cinéma aborde la notion de sacrifice de manières diverses. «Dans les films catastrophe, il arrive souvent  qu’un personnage se sacrifie pour se racheter de quelque chose», note le cinéaste Vincent Adatte. Par exemple, dans le classique du genre La tour infernale (1974), l’un des responsables des avaries du bâtiment tente de sauver les autres au péril de sa vie. Ce sacrifice comporte clairement une dimension morale qui permet à un personnage de trouver une forme de rédemption. Le cinéaste note que cette dimension est totalement absente des films d’Alfred Hitchcock, qui préfère laisser les personnages aux prises avec leur culpabilité pour servir le récit. […]

Lire la suite sur Réformés

Dans la même rubrique...

La chronique cinéma de Fréquence protestante

Garance Hayat présente les films à l'affiche avec notamment "Stripped" de Yaron Shany, "Kajillionaire" de Miranda July et s'entretient avec Maria de Medeiros.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

Ferdinand Buisson (1841-1932)

Ferdinand Buisson. Qui est-il ? Il revient en France à l'aube de la IIIe république et est l'inspirateur des lois scolaires de Jules Ferry. Il accède aux plus hauts postes et reçoit le Nobel de la Paix en 1927.

Un contenu proposé par Musée protestant

Lovecraft Country… monstrueusement efficace !

Basé sur le roman de Matt Ruff de 2016, Lovecraft Country est le dernier must en matière de série de HBO (diffusé sur OCS en France).

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Adieu les cons… pour apprendre à dire « Je t’aime ! »

Après "Au revoir là-haut", "Bernie", ou "9 mois ferme", le nouveau film d'Albert Dupontel - "Adieu les cons" - sort ce mercredi 21 octobre au cinéma.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Rejoignez-nous sur Instagram