Femmes de tête, femmes de cœur

Femmes de tête, femmes de cœur

Depuis le 24 mars, au Musée du protestantisme de Ferrières, l’exposition sur les protestantes engagées permet de découvrir des parcours d’exception.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 10 avril 2019

En 2019 , le Musée du Protestantisme , de la Réforme à la laïcité, va montrer le parcours de femmes protestantes qui ont, chacune dans un registre différent, participé à l’émancipation des femmes dans la société. Cette exposition s’inscrit dans le programme du Conseil départemental, « Cultur’elles ».

La culture protestante pousse à l’engagement. Il n’y a pas de mouvement féministe protestant, mais des individualités fortes, des « pionnières » qui ont contribué à l’évolution de la place des femmes. Marguerite de Witt-Schlumberger constatait : «  Le sexe féminin représente la moitié de l’humanité, qu’on lui donne enfin la place qui lui est due ». Et Élisa Lemonnier, tarnaise de Sorèze, exhortait  : « N’attendez pas que les hommes agissent pour vous ; agissez donc vous-mêmes, et quand ils vous verront à l’œuvre, ils commenceront à vous prendre au sérieux. »

La Réforme et les femmes

Liliane Crété répond ceci : « En glorifiant son rôle de femme au foyer, en lui donnant la suprême autorité en tant que mère et maîtresse de maison, en prônant son instruction, en plaçant la Bible entre ses mains, en lui accordant le divorce en cas d’adultère, de mauvais traitement ou d’abandon, les Réformateurs lui concédèrent une valeur, un sens des responsabilités, un esprit d’entreprise et une liberté de pensée, qui allèrent bien au-delà d e c e qu’ il s avaient sans doute souhaité. » Point d’hostilité envers les hommes, chez les femmes protestantes : elles s’ épanouissent d ’abord en tant que « femmes de » ou « filles de » (pasteurs bien sûr) sur des champs d’action complémentaires au sacerdoce de leur mari.

“Il n’ y a pas de mouvement féministe protestant, mais des « pionnières » qui ont contribué à l’évolution de la place des femmes”

Elles s’épanouissent aussi dans des passions personnelles, culturelles et artistiques, écrivaines ou poétesses. Elles osent s’affranchir de la religion protestante, mais prôneront les valeurs inculquées par les « historiques » de la « résistance protestante » (Marie Durand ou Jeanne d’Albret) : elles « résistent », au sens où elles se battent pour avoir la liberté de conscience, de faire et d’être. Elles « avancent » pour donner aux femmes leur totale dignité, combat sans cesse renouvelé aujourd’hui.

Musée du protestantisme de la Réforme à la laïcité Ferrières 81260, Fontrieu, musée ouvert du 19 mars au 1er juillet.

Renseignements : 05 63 74 05 49 www.mprl.fr. 

Sur le même thème

Des protestantes d’exception au Musée de Ferrières

À Ferrières, dans le Tarn, une exposition met à l’honneur le combat des femmes protestantes.

Un contenu proposé par

Le combat des femmes

L'édito vidéo du 6 mars de Nathalie Leenhardt, directrice de la rédaction du journal Réforme.

Un contenu proposé par
Qui nous roulera la pierre ?

Qui nous roulera la pierre ?

De nombreuses barrières sont dressées devant les femmes qui souhaitent servir le Christ et son Église. Dans cet ouvrage, Joëlle Sutter-Razanajohary nous aide à faire tomber ces murs.

Un contenu proposé par Éditions Empreinte temps présent

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants