Méditation johannique sur une sculpture bordelaise

Méditation johannique sur une sculpture bordelaise

Auprès d’elle les gens boivent, rient, se reposent ou se hâtent. « Sanna » est là, immobile, les yeux clos, au milieu de l’agitation bordelaise.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 29 juillet 2016

Auteur : Eric de Bonnechose

Auprès d’elle les gens boivent, rient, se reposent où se hâtent. Elle est là, immobile, les yeux clos, au milieu de l’agitation bordelaise. Paisible, infiniment douce, témoin d’une immensité essentielle et amicale. Voit-elle, entend-elle ce qui l’environne ? Sur sa droite : le grand théâtre. À sa gauche : la rue Ste Catherine. Le temple des arts et le temple du commerce. Elle tient du bouddha, mais son temple est la ville. Dressée sur la place, elle vient vers nous. Elle fait irruption dans notre monde. Elle ouvre un monde. Elle fait ressentir une présence intense et qui ne s’impose pas. Elle respire le monde. Elle a les yeux clos, mais elle regarde. Question posée à ceux qui ont des yeux et qui ne voient pas. « Je suis venu dans le monde pour que ceux qui ne voyaient pas voient, et que ceux qui voyaient deviennent aveugles » (Jean 9,39).

Œuvre de l’incarnation

« Sanna » a été installée à Bordeaux en 2013, parmi 10 autres sculptures de Jaume Plensa. Les autres sont reparties, elle seule est restée. Elle en a touché quelques-uns. Une souscription des Bordelais, et le don inespéré d’un mécène, lui donnent droit de cité pour quelques années encore. La « sauvent », en quelque sorte. Mais n’est-ce pas plutôt elle qui nous parle de ce qui sauve ? Plensa est-il chrétien ? Peu importe. Son œuvre vibre comme l’Évangile de Jean. Une irruption de l’éternité dans le présent. Une présence de l’éternité dans le monde. Une vraie présence au cœur de l’absence des hommes à eux-mêmes et à l’éternel. Une incorporation qui ne se dissout pas dans le monde, mais qui l’appelle à lever comme une pâte. « Au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas » (Jean 1,26).

Dans la même rubrique...

« Les routes de l’esclavage »

Une publication liée à une série documentaire de quatre films intitulés « Les routes de l’esclavage » diffusée sur ARTE et dont l’auteure, Catherine Coquery-Vidrovitch, fut la conseillère historique.

Un contenu proposé par LibreSens

Décadence

Recension du livre de Michel Onfray, paru chez Flammarion en 2017.

Un contenu proposé par Hokhma

You Light Up My Life… Sister Soul une fois de plus !

« You Light Up My Life »… Il aura fallu plus de quarante ans pour que le monde entende finalement cet enregistrement de Sister Soul, qui vient enfin de sortir.

Un contenu proposé par ArtSpi’in

Fausses pistes

"Bande dessinée en fugue", une chronique de Thierry Saint-Solieux, au micro de Fabrice Henriot.

Un contenu proposé par Radio Semnoz

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants