réflexion

Pourquoi célébrons-nous des défaites ?

Il n’y a qu’un point commun entre la Croix sur le Golgotha et le Mur des Fédérés : la mort, le sang et la défaite. Deux échecs, deux chutes sous le coup d’une répression implacable.

Un contenu proposé par Présence

Publié le 12 mai 2021

Par Laurent Piolet, membre du comité de rédaction de Présence

Et pourtant, les chrétiens ont fait de la Passion du Christ puis de sa Résurrection le point central de leur calendrier. Et de même, il n’est pas un progressiste dans ce monde qui ne voit en la Commune une référence incontournable du combat pour l’émancipation. Pourquoi attachons-nous autant d’importance à des échecs ?

On pourra toujours prétendre que le Christ sans la Croix porterait une parole moins forte, bien que, comme le note Laurent Gagnebin dans un article d’Évangile et Liberté de février 2021, la spiritualité chrétienne soit souvent marquée par un excès de sang et de crucicentrisme. Et d’ajouter fort justement : « Notre foi est animée par le Christ vivant, non par un mort, fût-il un grand mort. » Et si dans ces défaites, nous faisions indirectement un éloge de la faiblesse, car elle est aussi inévitable que la force qui mène à la victoire ? Faiblesse du Crucifié, faiblesse du Tout-Puissant : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Mais y avait-il un autre chemin que celui qui s’est présenté ? Faiblesse également des damnés de la Terre, sacrifiés non de manière vaine, mais parce que l’histoire progresse aussi par les soubresauts de la violence. Si la Commune fut brève et réprimée dans le sang, la densité et la nouveauté de ses actions n’en ont pas moins nourri les idéaux des générations futures. Alors, fort de nos défaites devenues espérances de ceux qui nous suivent, nous pourrons marcher résolument jusqu’à la victoire, jusqu’au salut, jusqu’à ces lendemains où « le soleil brillera toujours ».

Dans la même rubrique...

Jasenovac, l’Auschwitz des Balkans

En mai 2022 au Raincy une conférence-exposition présente le terrible sort réservé dans l’État indépendant de Croatie par les miliciens oustachis aux enfants serbes, roms et juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Il y a quatre-vingts ans, Bir Hakeim

Au mois de juin 1942, les troupes du général Koenig offrirent à la France libre leur première victoire militaire.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

Sur les pas de Saint Paul en Turquie

Aller en Turquie, c’est aussi faire un voyage au sein des débuts de l’Église à partir du IIe siècle.

Un contenu proposé par Le Protestant de l’Ouest

En 1903, la conversion de tout un village

Le 20 septembre 1903, le village d’Aullène, en Corse, accueille le pasteur Reboul et son épouse après que toute la population du village soit devenue protestante.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Présence

Présence est le journal de la Mission populaire évangélique de France. Il paraît 2 à 4 fois par an et propose notamment des nouvelles de 13 « Frats » (lieux d’accueil) du mouvement.
NB : de nombreuses actualités sont également relayées sur le blog Blog pop.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast