Voyage en misarchie

Voyage en misarchie

Quand tout s'effondre, c'est l'occasion d'imaginer autre chose. Emmanuel Dockès nous propose une utopie post-crise : la misarchie.

Un contenu proposé par Présence

Publié le 7 novembre 2019

Auteur : Jef Joussellin

Avant d’être une pensée politique, l’utopie est un genre littéraire à part entière. Quelque peu tombé en désuétude, il est remis au goût du jour par un livre datant déjà de deux ans mais qui résonne avec nos années troublées.

« Voyage  en  misarchie », d’Emmanuel Dockès, nous emmène, par le biais de son héros, dans une société où les pouvoirs et les dominations sont réduites au minimum, c’est le sens du mot misarchie. Après un accident d’avion, notre homme se retrouve sur une terre inconnue où les êtres humains se regroupent par affinités dans des communautés réduites qui tout à la fois organisent la gestion quotidienne de l’existence et permettent à leurs membres de s’épanouir selon leurs aspirations. À tout moment, un membre d’une communauté peut la quitter pour en rejoindre une autre plus en phase avec son évolution personnelle.

Société basée sur l’autogestion généralisée, la misarchie n’évite pas les conflits, mais les limite, le pouvoir de toute instance étant limité à l’absolue liberté de ses mandants. L’auteur nous décrit alors par le menu le fonctionnement de cette société, où le marché, l’argent et le pouvoir existent certes, mais de manière résiduelle.

Alors, tout est discutable, les vieux et les nouveaux débats surgissent et resurgissent sur les conditions de l’émancipation sociale et personnelle, en particulier sur la possibilité de la misarchie dans un seul pays, mais l’ensemble est vivifiant. C’est de plus un vrai roman, avec histoire d’amour et moments torrides, qui inscrit les processus d’émancipation dans la vie individuelle de chacun. À lire, par intérêt et par plaisir. Une question nous brûle les lèvres cependant : toute utopie n’exige-t-elle pas une uchronie * ? Aux humains que nous sommes d’y répondre.

* Uchronie est un mot construit sur le mot utopie. Le « u » privatif  est accolé à « chronos », le temps. L’auteur d’une uchronie prend comme point de départ une situation historique existante et en modifie l’issue  pour  ensuite  imaginer  les  différentes  conséquences possibles. Par exemple : que serait le monde si Christophe Colomb n’avait pas découvert l’Amérique ? Adolf  Hitler gagne la guerre ? Mac All évangélise le 16e arrondissement plutôt que Belleville…

  • Emmanuel  Dockès, Voyage  en  misarchie.  Essai pour tout reconstruire. Éditions du Détour.

Sur le même thème

Une bande dessinée sur Orwell

Au programme de BD en fugue : une bande dessinée sur l'écrivain Orwell.

Un contenu proposé par Radio Semnoz

Le désenchantement de l’Internet

De l'utopie d'un monde meilleur à la désinformation et le monopole de grands groupes privés... Mais comment en est-on arrivé là ?

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

« Et nos lendemains seront radieux »

Peut-on sauver la planète le temps d'un orage ? Emmanuelle Klein reçoit Hervé Bourhis pour parler de sa dernière fiction écologique.

Un contenu proposé par Fréquence Protestante

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Présence

Présence est le journal de la Mission populaire évangélique de France. Il paraît 4 fois par an et propose notamment des nouvelles de 13 « Frats » (lieux d’accueil) du mouvement. Après une refonte graphique en 2017, la revue trimestrielle dévoile une nouvelle formule en avril 2018.

Derniers contenus du partenaire

7e convention du Forum protestant