"Il est grand temps d'ordonner les femmes"

« Il est grand temps d’ordonner les femmes »

Rencontre avec Samuel Ngayihembako, ancien étudiant en théologie à l’Université de Genève, désormais à la tête d’une communauté baptiste de près de 450 000 personnes au Congo.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 2 octobre 2018

Auteur : Anne Buloz

Lire directement l’article sur Réformés

Il se sent comme chez lui dans l’aile Jura de l’Uni Bastions, qui abrite la Faculté de théologie de l’Université de Genève. Normal, puisqu’il y a étudié durant six ans avant de retourner dans son pays natal pour y enseigner. Il est aujourd’hui président et représentant légal de la Communauté baptiste au centre de l’Afrique (CBCA), forte de 450 000 membres. Son Église contribue depuis des années à suppléer l’État dans nombre de tâches.

Fondement de ma foi

Son parcours est singulier. Né dans la province du Nord-Kivu, au nord-est du pays, Samuel Ngayihembako (62 ans) est issu d’une famille protestante pratiquante. Son père, baptiste, est catéchiste : «Après mes études secondaires, j’ai décidé d’étudier la théologie pour comprendre davantage ce qui fondait ma foi. Je voulais aussi être utile à mon Église en occupant un ministère en son sein.» L’étudiant quitte ainsi sa région natale pour passer sa licence en théologie à l’Université protestante au Congo (UPC), à Kinshasa, puis devient assistant en Nouveau Testament. Ses professeurs lui obtiennent une bourse de la Mission de Bâle, une société missionnaire protestante fondée en […]

Lire la suite sur Réformés

Sur le même thème

Les douze « amazones du Seigneur »

Douze « amazones du Seigneur »

Notre série d'été est terminée. Retrouvez les portraits de douze femmes africaines qui ont marqué leur pays.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

Marathon de Nouveau Testament au Congo

La bibliste Christine Prieto a effectué au cours du mois d'avril, en lien avec le Défap, une mission d'enseignement de deux semaines à l'Université protestante au Congo.

Un contenu proposé par Mission – Défap
L’Église congolaise abandonne les sacrements pour lutter contre le virus Ebola

L’Église congolaise cesse les sacrements pour lutter contre Ebola

En RDC, les catholiques abandonnent temporairement certains sacrements dans le but d’empêcher la propagation du virus.

Un contenu proposé par Protestinter

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réformés

Réformés est le mensuel des protestants réformés de Suisse romande. Il est financé par les Églises réformées suisses des cantons de Vaud, Neuchâtel, Genève, Berne francophone et Jura.

Derniers contenus du partenaire