James Cone (1936-2018) et la libération des noirs

James Cone (1936-2018) et la libération des noirs

Le théologien américain James H. Cone s'est éteint le 28 avril 2018. Père de la "Black Liberation Theology", son œuvre est étudiée dans de nombreuses facultés de théologie francophones.

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

Publié le 30 avril 2018

Auteur : Sébastien Fath

Père de la Black Liberation Theology, longtemps professeur au Union Theological Seminary de New York, près de Harlem (Etats-Unis), le théologien américain James H. Cone s’est éteint le 28 avril 2018 à l’âge de 81 ans. Son influence intellectuelle a largement dépassé la sphère nord-américaine. Il est notamment étudié dans de nombreuses facultés de théologie francophones.

Auteur de nombreux ouvrages, il a développé une théologie de la libération qui met en avant l’impact décisif de l’Évangile dans la libération des oppressions. Son œuvre pionnière, à relire dans une perspective post coloniale, est traversée par une colère, et a suscité des controverses. Cette colère était celle d’un homme indigné par l’injustice ambiante, confronté à une société inégalitaire où le racisme et la ségrégation relèguent les noirs au statut de citoyen de seconde classe. Face à la montée des discours condamnant le christianisme comme la religion des blancs, des oppresseurs, il affirmait : « J’ai voulu dire NON ! L’Évangile chrétien n’est pas la religion de l’homme blanc. C’est une religion de libération, une religion qui dit que Dieu a créé tous les humains pour être libres. Mais j’ai réalisé que pour que les noirs se libèrent, ils doivent d’abord aimer leur condition noire (blackness) ».

Son livre Black Theology and Black Power (théologie noire et pouvoir noir), publié en 1969, est considéré comme un texte fondateur de la Black Liberation Theology. James Cone fait de la condition noire non seulement le symbole de la situation d’opprimé, mais aussi le moteur de la libération : pour que l’émancipation advienne, Dieu doit redevenir noir, à savoir le Dieu des opprimés. James Cone ne se contentait pas d’un discours politique ou social. Pour lui, l’expérience de l’émancipation noire n’a pas de sens sans référence à la Transcendance, à Dieu. Se référant volontiers à l’analogie avec l’odyssée de libération du peuple juif, sorti de la servitude et entré en Terre promise, Cone estimait que pour le Juif comme pour le Noir, la liberté, c’est une réalité sociale et spirituelle[1].

La francophonie protestante s’est nourrie de plusieurs de ses ouvrages, en particulier ceux qui ont été traduit en langue française C’est le cas de La noirceur de Dieu (Genève, Labor et Fides, 1989), préfacé par Henri Mottu, de Malcom X et Martin Luther King, les effets d’une colère noire (Genève, Labor et Fides, 1993, traduit par Serge Molla), et de Malcom X et Martin Luther King, même cause, même combat (Genève, Labor et Fides, 2008).

[1] Abdoulaye Barro, « Phénoménologie des identités juive et noire », Pardès 2008/1, n° 44, p. 57-75.

Dans la même rubrique...

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo lance un nouveau parti

De retour en Côte d’Ivoire depuis le 17 juin, Laurent Gbagbo a signé son retour en politique en lançant ce week-end un parti “panafricain de gauche”.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

La franco-camerounaise Marie-Alix de Putter mise à l’honneur

Fondatrice et présidente de la Bluemind Foundation, Marie-Alix de Putter intègre le classement des 30 personnalités innovantes d’Afrique.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Handicap : Djibouti à la pointe de la prise en charge

En décembre, la ville de Djibouti sera l'hôte de la troisième édition de la Semaine nationale du handicap. Depuis 2017, le pays a fait d’énormes progrès en matière de prise en charge des personnes handicapées.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Un journaliste AFP de Lagos distingué pour son fact-checking

Segun Olakoyenikan, le journaliste du bureau AFP de Lagos au Nigeria, a reçu mardi 12 octobre le deuxième prix du « fact check de l’année par un journaliste en exercice » lors de la huitième cérémonie des prix Africa Check, l’organisation pionnière en matière de vérification numérique en Afrique.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Les dossiers thématiques de Regards protestants