Les défis du Gospel francophone – partie 1

Les défis du Gospel francophone – partie 1

La musique Gospel s'est aujourd'hui faite une place au soleil dans le paysage francophone, mais doit relever plusieurs défis : finances, clivage religieux/profane, mixité...

Un contenu proposé par Fil-info-francophonie

Publié le 27 mars 2015

Auteur : Sébastien Fath

Nourrie par le terrau protestant tout en s’ouvrant sur de très larges publics, elle a ses interprètes, s’appuie sur un marché repérable et se déploie sur un réseau scénique religieux (églises) et profane (du Palais omnisport de Bercy aux salles municipales). Cette expression culturelle et religieuses se heurte cependant à six défis, autant d’enjeux pour demain. Voici les trois premiers.

Si des dizaines de groupes Gospel se sont créés ces dernières années et produisent concerts et albums, beaucoup rencontrent des difficultés financières.

Le problème du financement

Après un premier Festival de Gospel en 1994, sous l’impulsion de Narcisse d’Almeidea, puis une seconde mouture, le Gospel Festival de Paris organisé depuis 2003 sous l’égide du pasteur David Goma (église parisienne du Centre du Réveil Chrétien), les différents festivals du Gospel organisés peinent à se pérenniser. La faute à qui ? En île-de-France, un des éléments du problème est la difficulté d’accès à des espaces scéniques abordables. Pour des groupes de musique Soufi, se produire à l’Institut du Monde Arabe (IMA) ou à l’Institut des Cultures d’Islam (ICI) ne pose guère de difficulté, grâce à la manne du contribuable (et quelques aides extérieures) qui finance ces vastes espaces dédiés à la découverte des cultures et spiritualités du Maghreb et du Mashrek. Les politiques municipales n’ont pas, pour l’heure, d’équivalent, même lointain, à proposer aux “cultures Gospel”, nourries des francophonies protestantes créolisées qui contribuent aujourd’hui à la vie culturelle et religieuse de la métropole.

Qui influence qui ?

Un autre enjeu posé aujourd’hui par l’essor du Gospel est la question, soulevée dans les églises, du malentendu entre choristes “convertis”, en large majorité évangélique, à visée souvent prosélyte, et attentes sécularisées du public, avant tout en demande d’une expérience musicale singulière. Qui influence qui ? En se tournant vers de larges publics sécularisées, la musique Gospel tend-elles à se folkoriser et perdre sa signification spirituelle ? Ou est-ce la dynamique inverse qui prime, à savoir une hymnologie profondément chrétienne qui atteint de larges publics païens et appuie une évangélisation par la musique ? Quand Edgar Vandenbroucque a recruté dans les petites chorales d’églises franciliennes en vue de constituer la New Gospel Family, il a exigé que tous les choristes soient croyants, convertis (protestants, évangéliques, catholiques). Au yeux des interprètes, il s’agit d’une oeuvre d’évangélisation. Mais pour le public ? A l’intérieur même des groupes, la même tension émerge, entre approche religieuse et prosélyte, et approche avant tout artistique et culturelle. Comme le résume Rebbie Nkashama, “Chanter du gospel. Un art pour certains. Un véritable ministère pour d’autres”(1).

Mixité sociale et culturelle

L’enjeu de la mixité sociale et culturelle entre choristes d’origine caribéenne, africaine, métropolitaine se pose aussi. Observe-t-on, sur la scène francilienne, le même type de clivage entre White Gospel et Black Gospel qu’on analyse classiquement aux Etats-Unis ? En première hypothèse, c’est un “non” nuancé qu’il convient d’apporter, mais sous réserve d’inventaire ! A un autre niveau, cet enjeux de la mixité se retrouve naturellement dans le dialogue et la circulation entre nouvelle culture gospel et culture musicale “classique” des métropolitains. Ces transversalités et ces hybridations ne vont pas de soi : l’essentialisation, l’assignation identitaire, y compris en termes de goût musicaux, peut jouer, comme l’illustrent ces réflexions très ambivalentes d’un enseignant, recueillies dans le magazine Le Point :

“Lundi, j’évoquais l’histoire des arts avec un collègue de musique, qui doit traiter le XVIIIe siècle en même temps que moi avec les 4e. Il m’a immédiatement répondu, comme si cela allait de soit, qu’il étudierait le gospel. Je m’attendais à ce qu’il parle de Mozart ou de Haydn ! Sa réponse m’a choquée car, implicitement, sans même que ce soit calculé ni même assumé, il postulait on ne va pas leur faire faire du Mozart, ça ne va pas les intéresser, alors que le gospel, c’est leurs racines.” (2)

Tel qu’il est rapporté, cet épisode illustre une double pente : d’une part, l’assignation identitaire d’un public scolaire de Seine-Saint-Denis à la culture gospel. D’autre part, un mépris à peine voilé de l’enseignant formé à la culture classique (Mozart, Haydn), qui fait écho au soupçon de “nivellement par le bas” évoqué juste après dans l’article…

(1) Rebbie Nkashama, “La formation des artistes Gospel”, Gospel News n°5, décembre 2012, p.4.
(2) “Journal d’un prof débutant (épisode 29) : “Le gospel, c’est leurs racines”, Le Point, 5 mai 2014 (version numérique).

 

Dans la même rubrique...

Élections présidentielles à Madagascar

Cette semaine, gros plan sur Madagascar, en pleine élection présidentielle. Quels sont les enjeux du scrutin en cours ? Que peuvent en attendre les Malgaches ?

Un contenu proposé par Mission – Défap
L'assemblée générale de la Cevaa prochainement au Cameroun

L’assemblée générale de la Cevaa prochainement au Cameroun

La Cevaa se réunit en assemblée générale à Douala du 15 au 23 octobre 2018. Une réunion placée cette année sous une thématique très actuelle : « Le chrétien et l'intolérance religieuse ».

Un contenu proposé par Mission – Défap
L'aventure du temple de Djibouti

L’aventure du temple de Djibouti

Dans son livre « Le nouveau temple protestant de Djibouti », l'architecte-théologien Nicolas Westphal revient sur près d'une décennie d'un chantier porté par de multiples partenaires, dont le Défap.

Un contenu proposé par Mission – Défap

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Fil-info-francophonie

Le Fil-info-francophonie invite à une réflexion sur les questions relatives à la Francophonie protestante. Les contenus sont proposés dans leur intégralité sur le portail Regardsprotestants.

Derniers contenus du partenaire