Reportage

Arméniens d’Iran : des libertés en toute discrétion

A Téhéran, la communauté arménienne, quoique bénéficiant d’une certaine marge de liberté par rapport au régime chiite, reste timide et sur ses gardes.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 5 juillet 2021

Lire directement l’article sur Réformés

Sa relative indépendance est conditionnée à sa discrétion.

L’adresse se refile de bouche à oreille. Ici, une fois l’imposante porte franchie, la confidentialité est requise. Loin du chaos ambiant de Téhéran, les grandes tablées de familles arméniennes profitent de leur soirée. En cette veille d’élection présidentielle qui a vu le très conservateur Ebrahim Raïssi prendre les rênes du pays, l’ambiance feutrée de cette bâtisse Art déco des années 1950 semble filtrer les velléités politiques. George, 27 ans, joue au clavier, sa femme chante. «Nous ne pouvons pas jouer ailleurs, car une femme n’a pas le droit de chanter devant un public mixte», explique le musicien. Ainsi, la minorité chrétienne possède quelques petites poches de liberté. Lorsqu’elle se réunit, comme ce soir, les femmes peuvent enlever le hidjab. L’alcool fait maison est toléré. Le couple est retourné sur scène. Des larmes coulent le long des joues de la vieille femme qui s’occupe du vestiaire. «Elle est magnifique cette chanson. Elle parle des martyrs qui sont tombés au Haut-Karabagh», témoigne-t-elle. L’audience est émue. Ici, de nombreuses familles irano-arméniennes possèdent une partie de leur famille en Arménie. George a la double nationalité. Il a aussi vécu deux ans aux Etats-Unis et sa famille y réside toujours. Sa femme a fait la demande pour une carte verte (d’immigration) «mais vivre là-bas, économiquement, ce n’est pas possible. Quand tu arrives dans un club et qu’un Afro-Américain qui joue vingt fois mieux que toi se met à jouer, eh bien tu repars», observe-t-il.

Pourtant, cette communauté arménienne est, selon les chiffres disponibles, passée de 300’000 à 40’000 membres entre la révolution islamique de 1979 et aujourd’hui. Ses membres n’ont pas le droit de travailler pour le gouvernement. Jusqu’à récemment, la vie d’un Iranien-Arménien chrétien valait deux […]

Lire la suite sur Réformés

Vous pourriez aimer aussi

En Suisse, une église reçoit le Swiss LGBTI-label

L’église ouverte Sainte-Elisabeth à Bâle est la première institution ecclésiale de Suisse à recevoir le Swiss LGBTI-label.

Un contenu proposé par Réformés

Israël : juifs et arabes, le dialogue au temps des émeutes

Quelle cohabitation possible alors que le pays vient de se choisir une nouvelle coalition gouvernementale ?

Un contenu proposé par Réformés

Que nous apprennent la Bible et l’éthique chrétienne du soin ?

Regard de Pierre-Yves Brandt, professeur de psychologie de la religion auprès de l’Institut de sciences sociales des religons de Lausanne.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réformés

Réformés est le mensuel des protestants réformés de Suisse romande. Il est financé par les Églises réformées suisses des cantons de Vaud, Neuchâtel, Genève, Berne francophone et Jura.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast