Droits de l'homme

Chine : visite de l’ONU au Xinjiang

Michelle Bachelet, cheffe de l’ONU pour les Droits de l’homme, entame, ce mardi 24 mai, une visite dans la région du Xinjiang, à l’ouest de la Chine, où Pékin est accusé de répression à l’encontre des Ouïghours.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 24 mai 2022

Auteur : Camille Verdi

Le déplacement doit se dérouler à huis clos. Contexte épidémique, oblige, ont indiqué les autorités chinoises. Ce mardi 24 mai, indique l’Express, la presse sera donc tenue à l’écart de la visite tant attendue de Michelle Bachelet, responsable de l’ONU pour les Droits de l’homme, au Xinjiang, dans l’ouest du pays. Dans cette région de Chine, Pékin est accusé de mener une politique répressive à l’encontre des musulmans ouïghours. Ces dernières années, les rapports officiels ayant fuité ou les témoignages de survivants de camps d’internement se sont multipliés mettant au jour les méthodes du pouvoir chinois à l’égard des membres de ce peuple turcophone. 

“Mises en scène”

Les détails des lieux précis où Michelle Bachelet doit se rendre n’ont pas été dévoilés, suscitant des interrogations sur la latitude réelle dont elle disposera sur place. Car l’objectif de Pékin est clair : balayer les accusations qui visent les autorités chinoises et “clarifier la désinformation” sur son pays, a indiqué Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, cité par Le Figaro. “Nous espérons que cette visite vous permettra d’aller au fond des choses, de parler des faits et de la réalité, afin de faire taire rumeurs et mensonges”, a-t-il clamé. 

Washington accuse notamment Pékin de commettre un “génocide” dans cette région, où le pouvoir chinois est accusé d’y avoir interné au moins un million de Ouïghours et de membres d’autres minorités dans des camps de rééducation. Des enquêtes journalistiques ou de chercheurs ont également pointé du doigt du “travail forcé” et des “stérilisations forcées”.

Interrogée par l’AFP, Nursimangul Abdureshid, une Ouïghoure installée en Turquie, assure ne pas avoir “beaucoup d’espoir” quant à cette visite de l’ONU. “Il faut qu’ils rendent visite à des victimes, comme les membres de ma famille, pas qu’ils participent à des mises en scène préparées à l’avance” par Pékin, a-t-elle ajouté. En partenariat avec d’autres médias internationaux, Le Monde a publié le même jour de nouveaux documents de la police chinoise livrés à un chercheur qui attestent de l’obsession sécuritaire dans les camps d’internement de la minorité musulmane en Chine. 

Dans la même rubrique...

La démocratie contre le populisme

La bataille est engagée entre l’extrême droite nationaliste et les Etats de droit.

Un contenu proposé par L’esprit européen

Elon Musk et le rachat de Twitter

Acheter le réseau social Twitter pour « offrir » au monde un espace de liberté universelle. Les conséquences semblent incalculables tant elles bouleversent les valeurs de société. Quels conséquences pour les paroisses ?

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris

Philippines : Marcos Junior élu à la tête du pays

La victoire écrasante de Ferdinand Marcos Junior, fils du dictateur du même nom, à l’élection présidentielle permet de réinstaller son clan familial au sommet du pouvoir.

Un contenu proposé par Réforme

Des matières premières qui viennent à manquer

Effets combinés des conséquences de la crise du Covid, de la guerre en Ukraine et de la spéculation, la tonne de blé connaît des prix records et l’inflation est galopante. Cette crise peut faire peur et encourager au repli sur soi.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui