Le monde compte 48.5 millions d'esclaves

Le monde compte 48.5 millions d’esclaves

Cinq pays se partagent la triste palme du record d'esclavagisme. L'Inde, la Chine, le Pakistan, le Bangladesh et l'Ouzbékistan rassemblent 58% de la population réduite à la condition d'esclaves du monde entier.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Publié le 9 juin 2016

Lire directement l’article sur Évangeliques.info

Selon un rapport de la Fondation Walk Free, le monde compte aujourd’hui encore 48.5 millions d’esclaves, dix millions de moins qu’en 2014. Les enfants représentent un esclave sur trois.

La définition de l’esclave moderne est le contrôle d’une autre personne de façon à la priver de sa liberté personnelle, avec l’intention de l’exploiter pour son profit personnel ou à des fins commerciales. C’est le cas par le traffic humain, l’exploitation sexuelle, le mariage ou le travail forcés. […]

Lire la suite sur Évangeliques.info

Dans la même rubrique...

L’ONG Portes Ouvertes s’attriste de nouveau du sort des chrétiens dans le monde

360 millions de chrétiens sont fortement persécutés et discriminés aujourd'hui, selon l’Index 2022 de l’ONG chrétienne.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

La fortune des milliardaires en hausse depuis le début de la pandémie

La fortune des dix hommes les plus riches du monde a doublé, tandis que les revenus de 99% de l’humanité ont fondu, d’après un rapport d’Oxfam publié lundi 17 janvier.

Un contenu proposé par Réforme

Religion : la foi en perte de vitesse aux États-Unis

Les Américains sont de plus en plus nombreux à se dire sans religion, alors que le pays a la réputation d’être très religieux. Les protestants sont les croyants dont la part régresse le plus.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Afghanistan : “exécutions sommaires” et abandon des femmes victimes de violences

Plusieurs mois après l’arrivée au pouvoir des talibans, des ONG déplorent des exécutions, des disparitions forcées ainsi que l’abandon des femmes victimes de violences.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi