Pour une interdiction des armes nucléaires !

Pour une interdiction des armes nucléaires !

« Négocier un instrument juridiquement contraignant pour interdire les armes nucléaires. » Le faire « en 2017 ». Veiller à ce que les négociations soient « ouvertes à tous les États » et mobilisent la société civile.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 18 octobre 2016

Par Jonathan Frerichs, consultant en désarmement humanitaire auprès de la Commission des Églises pour les affaires internationales du Conseil œcuménique des Églises

Voici les points essentiels qui ressortent d’un rapport adopté la fin août à Genève au terme d’âpres négociations par un groupe de travail des Nations Unies composé de plus d’une centaine de pays. Le rapport a été adopté à une majorité de trois contre un. Les puissances nucléaires l’ont boycotté et leurs alliés ont manifesté une vive résistance. 

Le rapport final du groupe de travail, adopté le 19 août, sera transmis à l’Assemblée générale de l’ONU en octobre. Il est désormais probable qu’une résolution soit présentée à l’Assemblée générale par une majorité d’États pour entamer des négociations en vue d’un traité d’interdiction des armes nucléaires. « Grâce à cette avancée, le soutien à l’interdiction des armes nucléaires pour des raisons humanitaires n’a jamais été aussi fort » a déclaré Peter Prove, directeur de la Commission des Églises pour les affaires internationales du Conseil œcuménique des Églises (COE). « Le plaidoyer d’inspiration religieuse a apporté sa contribution à cet effort et il sera absolument nécessaire pour faire peser la volonté de la majorité, l’état de droit et le bienêtre de chaque individu et de l’ensemble de la création sur les pays dotés de l’arme nucléaire, qui modernisent leurs arsenaux au lieu de les éliminer ».

Plaidoyer des Églises

Le texte final a minutieusement visé un consensus permettant une adoption sans vote. À la dernière minute, cependant, l’Australie a durci sa position, appelant à un vote. En définitive, 68 États ont adopté le rapport, 21 États se sont rangés derrière l’Australie en votant contre et 13 États se sont abstenus. Au Brésil, en Égypte, en Finlande, en Irlande, et dans les 68 pays ayant adopté le rapport, des militants œcuméniques ont encouragé leurs gouvernements à demander instamment l’interdiction des armes nucléaires. Les Églises et les organisations affiliées ont par ailleurs noué le dialogue avec des gouvernements qui s’en remettent aux armes nucléaires. L’évêque de l’Église évangélique de Bade, en Allemagne, a attiré l’attention de son gouvernement sur les « conséquences catastrophiques » causées par les armes nucléaires.

Soutien grandissant

Le soutien à la mise en place d’un nouvel instrument juridique interdisant les armes nucléaires va en réalité bien au-delà des 68 États qui ont voté « oui » parmi le groupe de travail de l’ONU. Dans la dernière semaine des travaux du groupe de travail, 108 États d’Afrique, d’Amérique latine, d’Asie du Sud-Est, du Pacifique et quelques-uns en Europe ont appelé à ce que les pays s’engagent à entamer les négociations sur l’interdiction en respectant des échéances précises. Cent vingt-sept pays ont déjà signé un « Engagement humanitaire » en faveur d’un nouveau traité contre les armes nucléaires qui aurait force juridique, et 159 États ont produit une déclaration commune où ils affirment que les armes nucléaires « ne doivent plus jamais être employées, quelles que soient les circonstances ».

Dans la même rubrique...

Où s’arrêtera l’humain ?

Réaction face à l’exploit technologique de l’arrivée de la sonde Persévérance sur le sol de la planète Mars et aux questions que cela pose quant aux limites…

Un contenu proposé par Réveil

Joe Biden, une révolution en marche ?

Le nouveau président américain prend des positions très progressistes soutenu par les grandes compagnies du pays, au risque de fracturer un peu plus la société américaine.

Un contenu proposé par Campus protestant

La diplomatie des droits de l’homme

L’Europe doit-elle punir les pays qui violent l’Etat de droit ?

Un contenu proposé par L’esprit européen

Le Soudan s’engage sur la voie de la sécularisation

Après trente années de dictature islamiste, le chef du Conseil souverain et un chef rebelle ont signé une « déclaration de principes » prévoyant la séparation de l’Église et de l’État.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire