Le rôle de la femme chez les protestants

Si de nos jours, aux yeux d’un protestant, voir une femme pasteur prêcher lors du culte paraît commun, ce n’était pas le cas du temps de Luther ou de Calvin. Même si dans la théologie protestante, rien n’interdisait en principe aux femmes de se faire entendre puisque, selon la doctrine du sacerdoce universel, « nous sommes tous prêtres, autant de chrétiens que nous sommes » (Luther, 1520).


Être à la fois femme et pasteur : est-ce possible ?

En France, la première femme pasteure se nomme Berthe Bertsch. Fille d’un pasteur luthérien en Alsace, diplômée de la Faculté de théologie protestante de Strasbourg, elle fut consacrée en 1930 au sein de l’Église réformée d’Alsace et de Lorraine. Par la suite, d’autres pionnières telles Madeleine Blocher-Saillans ou Geneviève Jonte ont suivi son chemin. Cette évolution trouve son explication dans le contexte historique de l’époque : lors de la Première guerre mondiale, des épouses de pasteurs mobilisés ou tués remplacèrent leur mari dans leurs fonctions. Mais dans les années 1920-1930, les femmes pasteures doivent rester célibataires et ne peuvent pas faire la Sainte Cène.


Le tournant des années soixante

Dans les années 1960, un cap est franchi. La clause du célibat est levée en 1968 pour l’Église réformée d’Alsace-Lorraine. En 1965,  l’Église réformée de France reconnaît « que les femmes peuvent être appelées, au même titre que les hommes, à exercer un ministère dans l’Église ». Pour autant, cette évolution ne se fit pas sans difficulté.

Par la suite, formées dans les facultés et par des stages, les femmes pasteures se font de plus en plus nombreuses. Du côté des églises évangéliques, la question du pastorat féminin dépend des courants. Depuis mai 2005, la Fédération des Églises baptistes reconnaît le ministère féminin, et laisse à la libre appréciation des communautés de nommer ou non des femmes dans cette responsabilité. Pour des raisons essentiellement  théologiques et herméneutiques, d’autres églises évangéliques membres de la Fédération protestante de France (FPF) n’ont pas de femmes pasteures.

 


Retour à l'accueil

Ou continuez votre lecture avec nos recommandations ci-dessous :

« La prière, une respiration quotidienne »

Quelle est la place de la prière au quotidien ? Le témoignage de la pasteure Débora Mistratta.

Un contenu proposé par Église protestante unie de France – Infos

La subversion de l’Evangile

Prédication express de Florence Blondon, pasteure à l'Eglise protestante unie de l'Etoile.

Un contenu proposé par Église de l’Etoile

Nadia Bolz-Weber, une femme pasteure qui décoiffe

Pour mieux apprécier les vidéos de Nadia Bolz-Weber, voici une présentation de cette femme d’Église par le pasteur David Gonzalez.

Un contenu proposé par Campus protestant
Carolina Costa, la pasteure youtubeuse

Carolina Costa, pasteure et… youtubeuse !

La pasteure genevoise aborde des grandes questions existentielles et spirituelles dans de courtes vidéos.

Un contenu proposé par Réformés

Le sacerdoce des femmes, impossible ou incontournable ?

Des femmes pasteures ? Cela va de soit pour la plupart des Eglises issues de la Réforme. Des femmes prêtres ? L'Eglise catholique continue de s'y opposer.

Un contenu proposé par Réformés

Femmes et pouvoir en Églises

Elles sont pasteures, évêques ou laïques exerçant des responsabilités cruciales au sein des Églises. Comment vivent-elles leur ministère ?

Un contenu proposé par
Ce que la Réforme apporta aux femmes

Ce que la Réforme apporta aux femmes

Entre l’instruction pour tous, le défroquement des sœurs et la fin de la dévotion pour la vierge Marie, la Réforme protestante amène un mouvement d’ouverture envers les femmes.

Un contenu proposé par Protestinfo

Deux pasteures américaines à l’ère Trump

La pasteure Paula White sera présente à l’investiture de Donald Trump alors que sa consœur Jennifer Butler mène le combat contre le milliardaire.

Un contenu proposé par

Recevez chaque mardi et vendredi la newsletter de Regards protestants ! S'inscrire