Autorité et autorités

Le point de vue d’André Gounelle, pasteur, professeur honoraire de l’Institut protestant de théologie de Montpellier

Autorité et autoritésSouvent, les autorités manquent d’autorité : lacérer la chemise d’un cadre, refuser la main tendue du chef de l’État, lancer des yaourts à un ministre en fournissent des exemples récents. Il y en a d’autres : les agressions contre des policiers, des agents de transport public, des enseignants, des soignants. On pourrait sans peine allonger la liste.

Si se soumettre aveuglement aux « autorités » ouvre la porte à de graves abus, n’en reconnaître aucune ne vaut pas mieux. Autorité dérive d’un verbe latin qui signifie « augmenter ». Elle a pour fonction première d’« autoriser » et non d’interdire. Avoir des lois observées par tous nous permet de mieux vivre. Les maîtres nous aident à avancer et à nous développer. Quand les autorités se montrent incapables de tels apports, elles perdent leur autorité. La régularité de leur accession à leur poste ne suffit pas à la maintenir. Elles doivent faire leurs preuves pour susciter notre respect, mais il faut toujours se demander si nous ne portons pas, au moins en partie, la responsabilité de leurs échecs.

Les protestants proclament l’autorité de la Bible. Quand les autorités religieuses s’en servent pour empêcher de penser, imposer des carcans, rogner, diminuer ou amoindrir notre existence, son autorité s’écroule ; et c’est tant mieux. Quand la Bible épanouit, met en route, augmente notre liberté, transforme et renouvelle notre humanité, alors et seulement alors, son autorité s’exerce pleinement et justement.

Le 19 octobre 2015


P
O
U
R

N
O
Ë
L
Abonnez--vous à un média protestant !