Des vœux d’espérance pour 2016

Le point de vue de François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France

Le point de vue de François ClavairolyDébut 2016 commencera par des vœux, reçus à l’Elysée par les autorités du pays, à la Fédération protestante de France par les acteurs du protestantisme – qui peuvent venir rue de Clichy et entendre un ministre de l’Intérieur très sollicité ces derniers temps – et puis par des regards souriants, des salutations chaleureuses, des lumières dans les regards amis comme dans ceux que l’on rencontre pour la première fois.

Mais aussi, en arrière-plan, quelques ombres et dans les esprits une sourde inquiétude : que nous réserve l’année qui vient ? Une commémoration certainement émue des attentats de janvier dernier, un conflit exacerbé au Proche-Orient, un islam déchiré, une Europe hésitante accueillant sans conviction des milliers de réfugiés… Le tableau n’est pas beau.

Et les petits prophètes de malheurs croient avoir le vent en poupe : à l’extrême droite, on fait mine de s’apitoyer ou d’annoncer le pire, mais en réalité on se réjouit secrètement de ce qui advient : après tous ces désordres, prédisent-ils, le temps va venir de l’ordre, enfin ! Mais les prophètes de malheur ont courte vue. Et ce n’est pas d’« ordre nouveau » que nous avons besoin, mais d’une bonne nouvelle, faite d’espérance et de ténacité, pour traverser le temps qui vient, fidèles aux anciennes certitudes des prophètes aux longs courts.

Le 5 janvier 2016


P
O
U
R

N
O
Ë
L
Abonnez--vous à un média protestant !