Exécutée conformément à la loi

Le point de vue de Daniel Cassou, pasteur, responsable du service communication de l’Église protestante unie de France

Daniel CassouMalgré tous les appels à la clémence et en particulier du pape François devant le congrès américain, Kelly Gissendaner a été exécutée mercredi 30 septembre à 0h21 dans l’Etat de Georgie. Son exécution avait été reportée à deux reprises en février dernier, à cause « d’une tempête de neige », et en mars pour l’aspect « trouble » du produit létal qui devait lui être injecté ! Kelly Gissendaner attendait dans les couloirs de la mort depuis des années. Derrière les barreaux, elle a redécouvert la foi et suivi des études de théologie qui l’ont conduite de manière exemplaire à aider des détenues.

De nombreux chrétiens militent pour l’abolition de la peine de mort, en particulier à l’ACAT pour attester de la dignité irréductible de la condition humaine. En 1989 l’Alliance réformée mondiale a réaffirmé sa conviction : « Là où la peine de mort est préconisée, l’amour rédempteur et réconciliateur de Dieu est violé. ». Le Conseil Œcuménique des Églises a adopté en 1990 une déclaration proclamant son opposition inconditionnelle « à la peine capitale, et demande à tous les États de l’abolir ».

Aujourd’hui 3 000 prisonniers attendent dans les couloirs de la mort une parole de clémence avant que la Cour suprême des Etats-Unis ne décrète que la peine de mort devienne inconstitutionnelle.

Le 5 octobre 2015


P
O
U
R

N
O
Ë
L
Abonnez--vous à un média protestant !