Fête des mères : génération contraception

Le point de vue de Hélène Bonhomme, auteur, fondatrice de Fabuleuses au foyer, chroniqueuse pour Le Point.

Le point de vue d'Hélène BonhommeIls tombèrent amoureux et eurent beaucoup d’enfants. Et après ? L’histoire tait les événements survenus derrière les portes du château. On ne nous avait pas dit que le manque de sommeil nous ferait parfois perdre la raison. On ne nous avait pas dit qu’au-delà des quinze kilos de linge sale hebdomadaire, c’est notre vie entière qui passerait à la machine à laver. On ne nous avait pas dit que c’est dur d’être mère.

Ce grand désenchantement est l’héritage des petites-filles de la révolution sexuelle. Génération contraception : celles qui ont un enfant aujourd’hui ont vraiment voulu l’avoir. Le revers de la médaille, c’est que l’on n’a plus le droit d’éprouver la difficulté d’être mère : « Cet enfant, tu l’as voulu. Tu te dois d’être une bonne mère. » En 2016, il faut réussir son enfant tout comme il faut réussir sa carrière et son couple. Un culte de la perfection, à l’heure où le burnout maternel devrait devenir une priorité de santé publique.

Célébrer les mères en 2016, c’est célébrer leurs exploits accomplis dans le secret du foyer… et leur rappeler qu’elles n’ont pas besoin d’être parfaites pour être fabuleuses.


P
O
U
R

N
O
Ë
L
Abonnez--vous à un média protestant !