Foi chrétienne et ballon rond

Le point de vue de Jérémie Cavin, journaliste au Christianisme Aujourd’hui.

Le point de vue de Jérémie Cavin«Une vie sans Dieu, c’est comme le football sans balle». Par cette phrase malicieuse, David Alaba, la star de l’équipe autrichienne, résume admirablement ce que la foi chrétienne représente pour bien des joueurs qui fouleront les pelouses des stades français pendant cet Euro 2016 : une relation profonde et puissante avec Dieu, qui change tout le rapport à la vie et dont on ne pourrait plus se passer.

La foi chrétienne n’a pas besoin de gestes ostentatoires pour exister. De nombreux footballeurs et entraîneurs en témoignent dans le Quart d’heure pour l’essentiel, à l’image de Jürgen Klopp : «Cette foi se joue dans la tête et dans le cœur». Etre chrétien, c’est d’abord lire la Bible dans le calme d’une chambre à coucher, remercier Dieu pour chaque jour qu’il nous donne de vivre et lui demander sa protection sur le terrain.

Etre chrétien, c’est ensuite apprendre à pardonner quand on est blessé, se comporter avec fair-play avec l’adversaire et se relever des échecs en gardant confiance en Dieu, comme en témoignent de nombreux pros du ballon rond. De telles manifestations extérieures n’ont rien d’artificiel : elles découlent naturellement d’un cœur transformé.


P
O
U
R

N
O
Ë
L
Abonnez--vous à un média protestant !