Athée : pas évident pour tout le monde !

Athée : pas évident pour tout le monde !

En France, s’afficher athée n’est pas un problème. Ailleurs, c’est une autre histoire...

Un contenu proposé par Présence

Publié le 21 janvier 2015

Auteur : Éliane Stricker

Combien sont-ils au Texas à ne rien exprimer de crainte de se faire rejeter par la famille et les collègues ? Au pays du « in God we trust » il ne fait pas bon s’afficher athée, dans certains états un athée est un citoyen de seconde classe, indigne d’être américain, souffrant de discrimination voire de persécution. Dans sept états américains, être athée vous interdit l’accès aux emplois publics, en Arkansas un athée ne peut témoigner dans un procès et dans les prisons de Caroline du sud l’athée n’a accès qu’à un seul livre : la bible.

L’athéisme étant même considéré par certains comme la « religion la plus dangereuse » !

Au Canada dans l’Ontario, l’état ne finance que les écoles catholiques, les privées doivent se débrouiller seules.

En Suisse en 2010, un professeur s’est vu exclure de son établissement pour avoir ôté le crucifix de la salle de classe.

En Italie en 2010, un religieux catholique a lancé un appel aux juifs et musulmans pour s’unir contre l’athéisme.

Une musicienne polonaise a été condamnée à une grosse amende pour avoir « offensé les sentiments religieux ».

Les athées les plus joyeux et décomplexés semblent être les tchèques, 39,9 % d’entre eux se déclarent athées, au grand dam de leur voisin la Pologne (3,3%).

Dans les pays musulmans, être athée (apostat) est carrément interdit, ce n’est pas une bonne idée de faire un pique-nique pendant le ramadan ou de faire une blague sur une sourate.

Un jeune blogueur palestinien a été obligé de fuir son pays et de se réfugier en France, après avoir écopé de 10 mois de prison pour avoir critiqué l’Islam sur son blog, il a été torturé et privé de ses droits. Depuis il a créé le conseil des ex-musulmans de France (voir sa page Facebook).

En Afghanistan, en Iran et au Pakistan, l’athéisme est puni de la peine de mort ; vous êtes obligés de déclarer votre appartenance à une religion, sinon vous pouvez être privé des aides médicales, de conduire, ou de voyager à l’étranger. Les gens sont poussés à mentir.

Des lois contre le blasphème sont monnaie courante (Bangladesh, Égypte, Indonésie, Arabie).

En Israël, vous ne pouvez pas vous marier, il n’existe pas de mariage civil, beaucoup de jeunes israéliens vont se marier en dehors de leurs frontières, ou s’adressent à des rabbins laïques (voir institut « Tmura ») qui respectent la tradition sans évoquer Dieu.

Au Japon un proverbe dit « Le japonais nait shinto, raisonne confucianiste ou zen, et meurt bouddhiste » car généralement les japonais ne restent pas fidèles à une seule religion, ils croisent les croyances entre elles.

Les athées sont sans doute plus nombreux qu’on ne le pense ; ils ne l’affichent pas pour la plupart, même ici où les risques sont minimes, un fond chrétien persiste, on ne va pas effacer des siècles d’histoire, nos rois n’étaient-ils pas « fils aînés de l’Église, rois très chrétiens » ?

La spiritualité est chevillée au corps de l’homme, c’est sans doute pour ça qu’il y a tant de religions (un sacré bel éventail quand même), un irrépressible besoin d’aspirer à sortir de la médiocrité ? De prendre de la hauteur ? De donner du sens à ce fatras ? De réguler les pulsions ? De faire respecter les règles de base ?

Je ne peux m’empêcher de repenser à ce que dit un jour Bouddha : “Ne crois rien parce qu’on t’aura montré le témoignage écrit de quelque sage ancien. Ne crois rien sur l’autorité des maîtres ou des prêtres. Mais ce qui s’accordera avec ton expérience et après une étude approfondie satisfera ta raison et tendra vers ton bien, cela tu pourras l’accepter comme vrai et y conformer ta vie.”

Après tout, l’anarchiste ou le communiste de base, a aussi une conscience, il croit en l’intelligence de l’homme (pour l’anarchiste optimiste) ou en un avenir radieux de partage équitable et de camaraderie pour le communiste… mais il ne croit pas en Dieu.
Il en a bien le droit non ? Le principal n’est-il pas qu’il ne nous oblige pas à penser comme lui et à partir en guerre au nom d’une idéologie ?

Quand on lui posait la question « croyez-vous en Dieu ? », Einstein répondait « Dites-moi d’abord ce que vous entendez par Dieu ; je vous dirai ensuite si j’y crois. »

L’athée va plus loin : lui il croit que Dieu n’existe pas. L’athéisme est une croyance positive (« je crois que Dieu n’existe pas »). L’athéisme suppose une affirmation de l’inexistence de Dieu. Nous devrions tous avoir le droit d’être ou de ne pas être et comme le disait une maman Tchèque à son fils : « Jésus a existé, quant à savoir s’il est fils de Dieu, cela n’a aucune importance ; l’important est qu’il fut un homme bon ».

Dans la même rubrique...

Un collectif pour lutter contre le populisme

Un collectif pour lutter contre le populisme

Des élus socialistes du collectif « La gauche en commun », présentent leurs propositions pour dépasser la crise de confiance actuelle.

Un contenu proposé par
Le centenaire de l'armistice fut "un grand moment"

Le centenaire de l’armistice fut “un grand moment”

François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France, a assisté aux cérémonies du centenaire de l’armistice, sous l’Arc de Triomphe, ce dimanche 11 novembre.

Un contenu proposé par

Le bateau “Esprit Scout” prend la Route du Rhum

Formateur marin chez les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes, Marc Dubos participe à la Route du Rhum avec son bateau Esprit Scout.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Présence

Présence est le journal de la Mission populaire évangélique de France. Il paraît 4 fois par an et propose notamment des nouvelles de 13 « Frats » (lieux d’accueil) du mouvement. Après une refonte graphique en 2017, la revue trimestrielle dévoile une nouvelle formule en avril 2018.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants