Rohingyas
Droits de l'homme

Bangladesh : des Rohingyas réclament leur retour en Birmanie

Dimanche 19 juin, plusieurs milliers de Rohingyas ont manifesté au Bangladesh, où ils ont fui la répression de la junte birmane en 2017.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 21 juin 2022

Auteur : Camille Verdi

Être un réfugié, c’est l’enfer, nous ne voulons pas rester dans ces camps, rentrons à la maison”, a déclaré Sayed Ullah, un des dirigeants de la communauté rohingya, cité par RFI. Le 19 juin, des milliers de Rohingyas ont manifesté au Bangladesh pour réclamer leur retour en Birmanie. “Plus de 10 000 Rohingyas ont pris part au rassemblement dans les camps sous ma juridiction”, a précisé à l’AFP, citée par Le Figaro, Naimul Haquel. Ce responsable de la police fait référence au plus grand camp de réfugiés du monde, Kutupalong.

“Le monde doit garder à l’esprit cette crise”

Pour rappel, plus de 750 000 Rohingyas ont abandonné la région de l’Arakan (Birmanie) en 2017, fuyant, selon les termes de l’ONU, “un génocide” perpétré par l’armée birmane à leur encontre. Les membres de cette minorité musulmane aujourd’hui apatride se sont réfugiés au Bangladesh voisin, où déjà 100 000 d’entre eux s’étaient installés pour échapper aux violences des militaires birmans. Au mois de mars dernier, les États-Unis ont aussi déclaré (pour la première fois) que des Rohingyas avaient été victimes d’un “génocide”.

Je veux mes droits. Je veux rentrer chez moi, où je peux étudier et penser à mon avenir”, a témoigné auprès de l’AFP Mohammad Haris. “Le monde doit garder à l’esprit cette crise à laquelle les réfugiés rohingyas et leurs hôtes sont confrontés depuis cinq ans. La vie des réfugiés dépend de la façon dont la communauté internationale répondra à leurs besoins”, déclarait fin mai Filippo Grandi, Haut-commissaire des Nations unies pour les réfugiés. Et d’ajouter : “Le gouvernement du Bangladesh, qui assure la direction des efforts d’assistance à près d’un million de réfugiés, constitue un partenaire prioritaire pour le HCR, mais un soutien international continu est crucial pour fournir une aide vitale et restaurer l’espoir d’un avenir meilleur.

Dans la même rubrique...

Rachel Keke : de femme de chambre à l’Assemblée nationale

Candidate de la Nupes dans la 7e circonscription du Val-de-Marne, Rachel Keke, femme de chambre de 48 ans, a battu l’ex-ministre des Sports, Roxana Maracineanu, soutenue par la majorité présidentielle.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Fin du port du masque, attentat raciste aux États-Unis… Les 5 informations à retenir du week-end

Vous n'avez pas eu le temps de tout lire, on vous résume l'actualité du week-end écoulé.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Covid-19 : une solidarité familiale pendant la crise

D’après l’Insee, trois quarts des personnes ayant eu besoin d’aide ont sollicité leur entourage et, parmi elles, 94% l’ont obtenue.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Protection de l’enfance : Emmanuel Macron interpellé par des associations

Dans une lettre ouverte adressée au président de la République, des associations dénoncent “les dysfonctionnements” de la protection des enfants victimes de maltraitances et d’inceste.

Un contenu proposé par Réforme