politique

Bernard Tapie, son rapport au pouvoir politique

Choisi par François Mitterrand, Bernard Tapie ne l’a pas forcément été par les autres socialistes, notamment Michel Rocard et Pierre Joxe.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 5 octobre 2021

Auteur : Camille Verdi

Homme d’affaires, président de l’Olympique de Marseille, ministre, chanteur, acteur… Bernard Tapie est décédé à 78 ans dimanche 3 octobre, des suites d’un cancer. Ancien ministre de la Ville sous François Mitterrand en 1992 et 1993, ses relations avec les autres ministres socialistes n’ont pas toujours été au beau fixe. Le protestant Pierre Joxe, par exemple, s’oppose à sa nomination au ministère. Il n’est alors pas le seul à vouloir lui barrer la route. Martine Aubry et Laurent Fabius ne voyaient pas non plus d’un très bon œil son arrivée au gouvernement, rappelle L’Obs.

Deux ans plus tard, Michel Rocard n’a pas dû non plus apprécier la manœuvre du président de la République. Si l’arrivée de Bernard Tapie au sein de l’exécutif visait à faire barrage au Front national, François Mitterrand lui confie en 1994 une autre mission. En lui demandant de mener une liste aux élections européennes, il souhaite affaiblir son ex-Premier ministre, remémore le Huffpost.

“J’ai été abattu par un missile nommé Tapie”

Épaulé par Christiane Taubira, Noël Mamère et Jean-François Hory, Bernard Tapie recueille plus de 12% des voix et termine à la quatrième place. Il devance alors la liste de Jean-Marie Le Pen (10,5%) et n’est qu’à deux points de celle de Michel Rocard. “J’ai été abattu par un missile nommé Tapie, tiré depuis l’Élysée”, commentera alors Michel Rocard, qui voit là une possible candidature à la présidentielle de 1995 partir en fumée. Au contraire, la cote de Bernard Tapie explose. Le “Marseillais d’adoption” est alors présenté comme présidentiable et grand favori de la course à la mairie de la cité phocéenne. Une élection à laquelle il ne se présentera finalement pas, barré par les affaires.

D’ailleurs, la carrière politique de Bernard Tapie s’arrêtera là. En 1995, il est condamné à un an de prison dans le cadre de l’affaire de corruption OM – VA. Une affaire parmi d’autres. Nommé ministre le 2 avril 1992, Bernard Tapie est contraint de démissionner dès le 23 mai en raison de son implication dans une affaire judiciaire l’opposant à l’homme d’affaires Georges Tranchant, rappelle Le Monde. Un non-lieu lui permet de réintégrer le gouvernement en janvier 1993, mais pour à peine trois mois en raison de la défaite cuisante de la gauche aux législatives. 

Dans la même rubrique...

Comme Monsieur Gustave

Nous ferions bien de nous inspirer de Monsieur Gustave, le maître d'hôtel du Grand Budapest Hotel de Wes Anderson, qui reste fidèle à ses valeurs alors que le monde autour de lui vacille. L'éditorial de la rédaction.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Macron va-t-il reculer sur la réforme des retraites ?

Le président sortant Emmanuel Macron s’est dit, lundi 11 avril, prêt à “ouvrir la porte” à un report de l’âge de départ à 64 ans, plutôt qu’à 65 ans, si cela suscite trop de tensions.

Un contenu proposé par Réforme

Convictions 2022 // Église et politique

Les autorités et institutions qui structurent notre nation doivent faire preuve de sagesse, agir en faveur de la paix et préserver la liberté de culte et d’expression.

Un contenu proposé par CNEF – Infos

Pécresse tente de se relancer, Macron toujours sur le front de l’Ukraine

Alors que la candidate LR veut relancer sa campagne après avoir contracté le Covid-19, le président sortant, lui, doit s’entretenir une nouvelle fois avec Vladimir Poutine.

Un contenu proposé par Réforme

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bannière podcast