Philosophie

« Cette épidémie nous montre l’importance et l’étendue de nos liens »

Ce virus inédit a remis en cause nos convictions, nos manières de vivre et notre rapport aux autres comme l’analyse Olivier Abel.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 11 mai 2020

Lire directement l’article sur Réformés

Le SARS-CoV-2 se propagerait entre autres par l’air, par les contacts physiques, et différentes surfaces. Si ses impacts sur le système nerveux central sont tout juste en train d’être découverts, sa mortalité importante ne fait pas de doute.

Pour la première fois dans l’histoire récente, nous pouvons tous être porteurs d’un virus mortel.

OLIVIER ABEL Oui, le SARS-CoV-2 touche notre humanité, à la fois universellement, sans tenir compte de nos barrières, et singulièrement dans les formes de vie de chacun. Le simple fait d’exister nous rend porteurs de cette possibilité tant passive qu’active. La séparation entre vulnérabilité et responsabilité s’effondre. Le virus interroge notre liberté d’aller et venir, de nous déplacer où et quand nous le voulons, aussi loin que ce soit, de croire qu’on peut tout choisir. Ici, on ne choisit pas. Le paradigme de notre société est très profondément ébranlé.

L’autre aspect, c’est le confinement, devoir s’éloigner de nos semblables.

Une épidémie nous condamne à la distance et à la solitude. On ne peut pas prendre dans nos bras les malades ou ceux qui sont endeuillés. Et en même temps, nous sommes confrontés à des morts de masse. C’est dans ce moment de solitude et de distance forcées que l’on mesure l’étendue et l’importance de nos liens. Notre société nous fait croire que l’important, c’est d’être détachés, libres. On mesure combien on a besoin du soin mutuel, on repense l’attachement.

Comment le définiriez-vous, à la lumière de ce que nous vivons?

Par le passé, une valeur forte était la fidélité à un lieu, à une famille… Ces liens forts ont été brisés par l’urbanisation: nos attachements sont de plus en plus choisis, ce sont des projets! Or l’attachement s’éprouve dans la reconnaissance des liens existants. Il se mesure quand on est sur le […]

Lire la suite sur Réformés

Vous pourriez aimer aussi

La pandémie, une rupture pour l’Occident

Discussion avec Stéphane Tison, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’Université du Mans.

Un contenu proposé par Réformés

En Allemagne, une reprise des offices religieux début mai

Les communautés religieuses allemandes et le gouvernement se sont mis d’accord pour une reprise des offices publics dès le premier week-end de mai.

Un contenu proposé par Réformés
« Face aux pandémies, il nous faut changer d’imaginaires »

« Face aux pandémies, il nous faut changer d’imaginaires »

La crise du coronavirus a-t-elle donné raison aux survivalistes ? Réponse du sociologue Bertrand Vidal.

Un contenu proposé par Réformés

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réformés

Réformés est le mensuel des protestants réformés de Suisse romande. Il est financé par les Églises réformées suisses des cantons de Vaud, Neuchâtel, Genève, Berne francophone et Jura.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast