réflexion

Changement climatique : une planche de salut ?

Le changement climatique actuel aura, nous le savons désormais, des conséquences graves.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 22 juin 2021

Auteur : Christophe Jacon

L’actuel changement climatique a des répercussions étonnantes. L’enquête de Libération de juillet 2020 a montré que les investisseurs achetaient à tout va les terres agricoles de Bretagne. Pourquoi ? Pour y planter les futurs châteaux bordelais de 2025. Avec le réchauffement climatique, c’est sous ces latitudes que pourront s’épanouir les cépages tellement réputés…

Moustiques et maladies

Mais il y a plus g rave et plus inquiétant. Avec la chaleur qui augmente, de nouvelles espèces animales prennent pied et se développent dans notre pays – c’est le cas de certains arachnides et de certains moustiques. Et avec elles, des piqûres et des morsures provoquant des douleurs et des maladies nouvelles. Graves ! Ainsi, l’araignée « violoniste » qui sévit désormais – réchauffement oblige – bien plus au nord que sur le pourtour méditerranéen, ses terres d’affection. Ainsi, aussi, certains moustiques, porteurs de la dengue et du palu. Oui, du palu ! Les parasitologues français ont constaté en 2020 certains cas dans notre pays. Jusque-là, le paludisme sévissait principalement en Afrique. En 2019, sur 229 millions de cas, 94 % des 409 000 décédés habitaient l’Afrique.

Les enfants âgés de moins de cinq ans constituent le groupe le plus vulnérable touché par le paludisme ; en 2019, ils ont représenté 67 % des décès imputables au paludisme dans le monde (soit 274 000).

Bonne nouvelle ?

La découverte de cette maladie sur le sol français est peut-être une bonne nouvelle, un évangile… On sait que les labos pharmaceutiques ne mettent guère de moyens pour trouver un remède que les malades, africains et indiens majoritairement, ne pourraient pas payer. Toutes les maladies n’ont pas la chance du Covid ! Mais les choses vont peut-être changer avec le réchauffement climatique. Si les Occidentaux sont eux aussi atteints par le palu, alors la recherche va se mettre en route, sentant le profit en bout de course. Et, au final, il y a de grandes chances que les vaccins trouvés bénéficient à l’Afrique et à l’Asie, sauvant ainsi 400 000 personnes par an. Une façon de « transformer le mal en bien ». Que ce ne soit pas une raison pour ne pas tenter, guidé par l’Esprit et la Parole de Dieu, de faire le bien sans attendre le mal…

Dans la même rubrique...

Manifestations anti passe sanitaire, la fin de la gronde ?

La pluie n’a pas découragé samedi 2 octobre, les manifestants dénonçant partout en France l’extension du passe sanitaire.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Le président Macron et la mémoire d’Algérie

Un éditorial d’Antoine Nouis, théologien protestant.

Un contenu proposé par Réforme

Les évêques s’entourent de fidèles en situation de précarité pour réfléchir au lien entre précarité et écologie

Des personnes en situation de précarité participent à l’Assemblée plénière des évêques, à Lourdes. Laïcs et ecclésiastiques plancheront ensemble sur le thème de l’écologie. Une occasion pour les fidèles de se sentir pleinement intégrés à la communauté catholique.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

La marche des citoyennes

Ce livre grand public a le mérite de présenter clairement ce qu’a été le long et courageux combat des femmes françaises pour obtenir l’égalité politique.

Un contenu proposé par LibreSens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast