Crise de l’élevage, à qui la faute ?

Crise de l’élevage, à qui la faute ?

Retour sur une crise aux causes multiples. Grande distribution, industriels, agriculteurs, consommateurs... tous ont un rôle à jouer pour que s'exprime un peu plus de solidarité.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 17 septembre 2015

Auteur : Nadia Savin

Les éleveurs laitiers et viande sont en crise. Sont affectés les éleveurs bovins, porcins de volailles et dans une moindre mesure ovins. Mais cette crise exacerbée par l’embargo russe et la sècheresse de cet été, n’est pas conjoncturelle, elle est structurelle. Les mesures prises par le gouvernement sont des facilités de trésorerie qui ne résoudront rien. Le problème est ailleurs : les prix de vente d’une majorité de denrées agricoles sont inférieurs à leurs coûts de production. Comment un acteur économique peut-il vivre en vendant sa production moins chère qu’il ne lui en coûte de la produire ? Grâce à des subventions, à la baisse, crise oblige. Paperasse, contrôles, autant de temps perdu pour les fonctionnaires et les agriculteurs.

La violence préférée à la solidarité 

Les manifestants du bruyant syndicat agricole, FNSEA, ont désigné d’une part, la grande distribution pour ses prix bas et ses importations, et d’autre part, les camions allemands et espagnols, pour concurrence déloyale. Alors c’est la faute à qui ?

Le président de la Fédération des éleveurs bovins (FNSEA) a eu beau dire que les plupart des enseignes de la grande distribution ont enfin compris qu’elles ont intérêt à préserver une production agricole française de qualité, en mettant en place des filières de qualité avec les éleveurs, les hypermarchés restent un bouc émissaire passe-partout. En tout cas, une cible bien plus accessible que les industriels (Sodebo, Lactalis, Bigard…), principaux clients des agriculteurs, qui en pratique, fixent les prix d’achat aux éleveurs. Mais alors pourquoi la coopérative, Cooperl, qui par nature appartient aux éleveurs, refusait mi-août de fixer un prix (viable) à ses propres actionnaires fournisseurs ? Au risque de les voir faire faillite.

À juste titre, les agriculteurs allemands et espagnols regrettent le comportement de leurs confrères français. Car eux aussi sont dans la même situation, ils ont certes des coûts de main d’œuvre moindre, mais également des prix d’achat plus faible. À la solidarité paysanne européenne, les Français ont préféré la rage et le repli, peu constructifs pour résoudre une crise structurelle.

Et la responsabilité du consommateur et du paysan 

À chacun des bouts de la chaîne alimentaire il y a des paysans et des consommateurs. Au milieu les industriels et les distributeurs s’adaptent, en fonction des exigences du consommateur final ; le maillon faible étant bien sur le premier, l’agriculteur.

Certains agriculteurs et un syndicat agricole minoritaire (Confédération paysanne) expérimentent ici et là, des circuits courts et des modèles herbagers moins onéreux en coûts de production. Ces modes de production, d’ailleurs plus respectueux de l’environnement, démontrent chaque jour qu’il existe d’autres façons de vivre de l’agriculture. Certes, ces solutions ne résoudront pas la crise pour tous les agriculteurs. Car le consommateur a sa part de responsabilité. Il faudrait lui faire comprendre que depuis des décennies, il ne paye pas son alimentation à son coût réel.

Les explications médiatiques et les efforts pédagogiques des paysans ne manquent pas, les consommateurs sont au courant ; bien que quelques améliorations sur l’étiquetage des produits seraient encore nécessaires. Quand useront-ils de leur pouvoir d’achat citoyen ? Grande distribution, industriels et agriculteurs produiront ce que les consommateurs seront prêts à acheter quand leurs demandes écologiques, sociétales, nutritionnelles et financières seront cohérentes. En attendant qu’ils restent coincés dans les barrages et que les agriculteurs laissent leurs confrères européens et la grande distribution travailler !

Dans la même rubrique...

Un collectif pour lutter contre le populisme

Un collectif pour lutter contre le populisme

Des élus socialistes du collectif « La gauche en commun », présentent leurs propositions pour dépasser la crise de confiance actuelle.

Un contenu proposé par
La dyspraxie chez l'enfant : qu'est-ce que c'est ?

La dyspraxie chez l’enfant : qu’est-ce que c’est ?

Ce trouble de la planification des gestes entraîne des maladresses et des difficultés d'apprentissage. Comment aider les enfants ?

Un contenu proposé par Radio Alliance +

Emmanuel Macron tenté par un nouveau Concordat ?

"Une nouvelle organisation des religions". Quel est le sens de cette petite phrase prononcée lors de l'allocution du président de la République le 16 octobre ? Le président du CNEF appelle à la vigilance.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Abonnez-vous à un média protestant !