Consommation

Économie : l’inflation se poursuit

Après 3,6% en février et 4,5% en mars, la hausse des prix a atteint 4,8% en avril, selon l’Insee.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 4 mai 2022

Auteur : Camille Verdi

Elle continue de s’accélérer en France. Au mois d’avril, l’inflation s’est établie à 4,8% sur un an, rapporte l’Insee, cité par Le Figaro. C’est la moindre accélération des prix de l’énergie qui a modéré la hausse des prix en avril : en février et mars, l’inflation avait atteint respectivement 3,6 et 4,5% en rythme annuel. “Les prix de l’énergie se replieraient en lien avec la baisse des prix des produits pétroliers, et ceux des produits manufacturés ralentiraient”, avance l’Insee, dans sa première estimation pour le mois d’avril.

Mais, pour l’alimentation, les services et les produits manufacturés, c’est autre chose. Les prix des denrées alimentaires, en avril, ont augmenté de 3,8% en un an – ils avaient progressé de 2,9% en mars. Spécifiquement, dans les grandes surfaces, rapporte BFMTV, la hausse des prix a atteint 3% en avril, du jamais vu depuis quatorze ans. Et cette hausse pourrait atteindre 5%, d’après IRI, une société d’analyse de données et d’études de marché.

Une pression supplémentaire avec la guerre en Ukraine 

La hausse des prix touche à ce jour plus de 90% des catégories et atteint des niveaux très élevés sur de plus en plus de produits”, analyse Emily Mayer, directrice business Insight d’IRI dans LSA (Libre Service Actualités). Elle poursuit : “Si l’inflation des pâtes ne progresse que faiblement par rapport à mars, elle atteint toutefois les +15% en avril. La viande, les huiles et la farine affichent désormais une inflation à deux chiffres. La progression de l’inflation comparativement à mars est très forte sur la viande et le café. Les catégories de papier (essuie-tout, papier toilette, mouchoirs) sont sur des niveaux élevés de progression de prix autour de +6%.

Dans sa note mensuelle, citée par BFMTV, IRI écrit : “Le conflit en Ukraine vient ajouter des pressions considérables (prix et approvisionnement) sur les sujets déjà très en tension que sont l’énergie et les matières premières agricoles de base de l’alimentation humaine et animale (blé, maïs, tournesol, orge, colza…).” Et de prédire : “La durée et la gravité de la guerre en Ukraine détermineront l’ampleur du pic d’inflation et la durée de l’épisode.

Dans la même rubrique...

Présidentielle : 65% des protestants ont voté pour Emmanuel Macron

Comme lors du premier tour de l’élection présidentielle, les protestants ont placé Emmanuel Macron en tête. Les catholiques (55 %) et les musulmans (85 %) ont fait le même choix.

Un contenu proposé par Réforme

Vérifier les faits avec l’AFP

Contre-vérités, imprécisions, raccourcis historiques... Les candidats à la présidentielle, toutes tendances confondues, ont parfois pris quelques libertés avec les faits.

Un contenu proposé par Réforme

Premier tour : pour qui ont voté les protestants, les catholiques et les musulmans ?

Les catholiques ont davantage voté pour l’extrême droite que l’ensemble des Français. Les protestants ont plutôt plébiscité Emmanuel Macron. Les musulmans, eux, ont placé très largement Jean-Luc Mélenchon en tête de leurs suffrages.

Un contenu proposé par Réforme

« Et les Blancs sont partis »

Un livre qui s’appuie sur des enquêtes aux thématiques variées effectuées sur dix ans par l'auteur, Arthur Frayer-Laleix, dans les banlieues. Son titre relève une phrase qu’il a entendue très souvent comme un regret et un constat.

Un contenu proposé par LibreSens