raciste
Discriminations

En 2021, les actes racistes, xénophobes et antireligieux ont augmenté

Le ministère de l’Intérieur note une augmentation des crimes et contraventions à caractère raciste de 13% et 26% par rapport à 2019.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 15 mars 2022

Auteur : Camille Verdi

Triste constat. L’année 2021 a été marquée par l’augmentation des crimes et délits à caractère raciste, xénophobes et antireligieux, rapporte Le Monde. En effet, ils ont augmenté de 13% par rapport à 2019, d’après les chiffres publiés le 11 mars par le ministère de l’Intérieur, qui n’a pas pris l’année 2020 comme référence, laquelle ayant été causée par la crise sanitaire et les confinements. 

Dans les faits, les forces de l’ordre ont recensé 6.300 crimes ou délits et 6.200 contraventions à caractère raciste (augmentation de 26% par rapport à 2019), c’est-à-dire des actes commis “en raison de l’ethnie, de la nation, d’une prétendue race ou de la religion”. L’étude ne détaille pas par ailleurs s’il s’agit d’actes antichrétiens, antimusulmans ou antisémites. Mais quatre crimes, délits ou contraventions à caractère raciste sur cinq comptabilisés par la police ou la gendarmerie sont “des injures, provocations ou diffamations publiques.

Surreprésentation d’étrangers originaires d’un pays d’Afrique

Des disparités existent sur le territoire. Sur la période 2019-2021, le nombre de victimes de crimes ou délits ‘à caractère raciste’ enregistré par habitant est plus important dans le nord et l’est de la métropole et plus faible dans l’Ouest, le Massif central et l’outre-mer (hors Guadeloupe et Mayotte). De la même façon, le nombre de contraventions ‘à caractère raciste’ par habitant est très concentré dans l’est de la France et beaucoup plus faible dans l’Ouest”, note l’étude du ministère de l’Intérieur. 

Or ces données “ne représentent qu’une faible partie des faits à caractère raciste subis” par les victimes, lesquelles signalent peu ces atteintes aux forces de l’ordre. L’enquête “Cadre de vie et sécurité” estime que, entre 2013 et 2018, “seule une victime de menaces ou violences physiques ‘racistes’ sur quatre et une victime d’injures ‘racistes’ sur vingt ont, en moyenne, déclaré avoir déposé plainte au commissariat de police ou en brigade de gendarmerie.” À noter également que les victimes de ces crimes et délits racistes sont pour la plupart des hommes âgés de 25 à 54 ans, avec notamment une surreprésentation d’étrangers originaires d’un pays d’Afrique.

Comme France Info le rappelle : si vous êtes victime d’un acte raciste ou antisémite, vous pouvez appeler la ligne d’aide et d’écoute du gouvernement au 08 842 846 37 (7 jours sur 7, numéro non surtaxé).

Dans la même rubrique...

Moins d’influence étrangère sur l’islam de France ?

La France innove dans sa gestion du culte musulman. Changement de fond ou énième réforme cosmétique ?

Un contenu proposé par Réformés

Remaniement ministériel : l’attente pour désigner le ou la futur(e) Premier(e) ministre ?

Emmanuel Macron cherche toujours un nouveau locataire pour Matignon et, pour ce faire, il prend son temps.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Législatives 2022 : qu’est-ce que la NUPES ?

Sous le nom de “Nouvelle Union populaire écologique et sociale”, différents partis de gauche se sont alliés en vue des élections législatives pour tenter de remporter la majorité à l’Assemblée nationale.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Présidentielle : quand l’urgence commande

L’incompétence de Marine Le Pen et les dangers que comportent son programme ne doivent pas faire oublier la souffrance exprimée par les électeurs qui la soutiennent.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

bannière podcast