Témoignage

En prison, « parler avec des gens est primordial »

Psychiatre dans une maison d’arrêt d’Ile-de-France, Guillaume Monod raconte son travail quotidien dans un milieu où les troubles psychologiques ne sont pas différents d’ailleurs.

Un contenu proposé par Forum protestant

Publié le 29 septembre 2020

Lire directement l’article sur Forum protestant

Guillaume Monod est psychiatre et intervient dans une maison d’arrêt d’Ile de France. Il décrit ici, au delà du cas particulier des prisonniers islamistes auxquels il a consacré son livre En prison, paroles de djihadistes, son travail quotidien dans un milieu où les troubles psychologiques ne sont pas différents d’ailleurs mais seulement plus nombreux et où souvent, les détenus ont pour la première fois «accès à un soin régulier et professionnel».

Des adolescents aux détenus

J’ai étudié la psychiatrie et la pédopsychiatrie puis travaillé plus de dix ans dans les Hauts de Seine avec une équipe mobile s’occupant d’adolescents, en lien avec l’Éducation nationale (les classes de primaire et secondaire), l’ASE (Aide sociale à l’enfance), la PJJ (Protection judiciaire de la jeunesse), les éducateurs de rue. Il s’agissait d’aider à créer des liens avec les institutions de soin, de mettre en liaison l’évaluation et la prise en charge. J’ai commencé à travailler en milieu carcéral dans le cadre de l’équipe mobile, car je suivais des adolescents qui étaient passés par là, puis j’ai eu des vacations à la Maison d’arrêt de Nanterre.

Début 2015, j’ai arrêté l’équipe mobile et je suis arrivé en Seine-Saint-Denis, comme consultant en CMP (centre médico-psychologique) et à la Maison d’arrêt de Villepinte. Dans les suites des attentats de 2015, on m’a demandé de prendre la responsabilité de la consultation de santé mentale de la Maison d’arrêt. Il y a un petit quartier pour mineurs mais l’essentiel de mon temps est consacré aux majeurs.

Les adolescents et les détenus n’ont pas les mêmes pathologies, ne sont pas suivis par les mêmes institutions, les mêmes services. Pour les adolescents, il y a l’Éducation nationale, l’ASE, la PJJ… et les parents sont toujours là. Pour les majeurs, il y a les SPIP (Services pénitentiaires d’insertion et de probation), et la famille est moins présente. Ce ne sont pas les mêmes difficultés, les mêmes enjeux, les mêmes rapports humains. Ce ne sont pas non plus les mêmes durées d’incarcération.

D’abord la parole

Pour un psychiatre, en prison ou à l’extérieur, le suivi thérapeutique est d’abord basé sur la parole. On peut prescrire des médicaments mais c’est fondé sur des entretiens face à face. Sur mon temps d’intervention, il y a 10% de vraie psychiatrie avec des patients psychotiques ou schizophrènes, des médicaments, une hospitalisation. Et pour 90%, des gens avec qui je discute : des  […]

Lire la suite sur Forum protestant

Vous pourriez aimer aussi

La culture du flux et le déni

La culture du flux et le déni

Le manque de masques de protection en France au début de la pandémie reflète l’échec d’une culture du flux, qui a évincé la culture du stock. L’expérience invite à réinvestir l’espace, le temps, le corps, la vulnérabilité, au lieu de les dénier.

Un contenu proposé par Forum protestant

Convertir nos solitudes

Si la solitude forcée provoquée par le confinement a d’abord été une solitude « de peur », elle a pu aussi être l’occasion d’une prise de conscience, selon Frédéric Rognon.

Un contenu proposé par Forum protestant
Jo Spiegel, démocrate de terrain

Jo Spiegel, démocrate de terrain

Alors que les gilets jaunes interrogent le modèle démocratique français, rencontre avec Jo Spiegel, maire de Kingersheim (68) et co-fondateur du nouveau parti Place publique.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Forum protestant

Forum protestant est un cercle de réflexion d’intellectuels initié par le philosophe Olivier Abel qui a pour ambition de faire entendre la voix des protestants sur les sujets qui traversent la société française. Ses thématiques de travail sont multiples : économie, médecine, éthique, écologie ou vivre ensemble. Il organise une convention annuelle à l’automne.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast