Etat des lieux de la famille en Suisse

Etat des lieux de la famille en Suisse

Quel paradoxe ! Le désir de fonder une famille et d’avoir des enfants reste l’objectif prioritaire des Suisses. Or aujourd’hui, deux mariages sur cinq sont voués au divorce. Analyse et explications.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 15 juillet 2017

Auteur : Gilles Bourquin

41% des mariages se soldent aujourd’hui par un divorce, contre 15% en 1970, selon l’Office fédéral de la statistique (OFS). Le mariage n’est pas pour autant discrédité ! (cf. le graphique ci-dessous.) « Une forte majorité des Suisses pense que réussir son couple est la voie la plus importante pour réussir sa vie », affirme d’emblée Eric Widmer, professeur à l’Université de Genève et spécialiste de la famille. Signe de cet engouement, le mariage est même revendiqué par les homosexuels.

Si elles ne servent plus à manifester son appartenance à la communauté chrétienne, les cérémonies civiles et religieuses du mariage permettent d’affirmer que l’on a socialement réussi en construisant un couple stable, susceptible d’avoir et d’élever des enfants. L’augmentation des divorces démontre cependant qu’il est devenu difficile de maintenir une union.

Dans les années 60, explique le sociologue, « le mariage répondait avant tout à des besoins concrets : la survie matérielle du couple et la prise en charge des enfants. Un haut niveau de satisfaction était donc plus facile à atteindre. Le sentiment de frustration et l’envie de divorcer étaient moindres. Depuis, les désirs de satisfaction sentimentale et sexuelle ont rendu le couple plus fragile. On attend de l’autre qu’il contribue à notre développement personnel, ce qui complique la relation à long terme ».

Un sacrifice problématique

Souvent, les couples officialisent leur relation lorsqu’ils décident d’avoir des enfants. Leur compagnonnage se transforme en un lien familial offrant une garantie juridique. Puis, une fois les enfants partis, les époux se retrouvent face à eux-mêmes. « On assiste à une augmentation des divorces tardifs, voire même au 3e âge, observe Eric Widmer. Les couples désirent créer une union à long terme, mais ils ne sont pas prêts à sacrifier leur développement personnel à cette union. L’idée de se sacrifier pour son mariage a perdu de sa force à partir des années 60. En même temps, on attend du couple qu’il comble toutes nos attentes, ce qui génère des frustrations ».

Ce ne sont donc ni la société de l’éphémère, ni l’abandon des projets d’union à vie, qui fragilisent les couples actuels, mais la difficulté à concilier les désirs de réalisation personnelle et les obligations qu’implique la vie familiale.

Plus d’articles sur le site de Réformés

Edition Genève du mois de Juin 2017

Dans la même rubrique...

Le président de la FEP en faveur d’un fonds d’aide aux loyers

Comment prévenir et éviter les expulsions ? Jean Fontanieu propose des dispositifs de financement novateurs.

Un contenu proposé par

Droit au blasphème et devoir d’autodérision

Plus d'une semaine après l’assassinat de Samuel Paty l’émotion et l’indignation sont encore vives.

Un contenu proposé par Les blogs de Vincent Miéville

Histoire des blancs

La mort de l’Américain George Floyd et l’indignation qu’elle a suscitée dans le monde ont rendu plus visible le courant d’opinion qui repense le racisme et qui, pour cela, utilise son propre vocabulaire. Un livre de l'historienne afro-américaine, Nell Irvin Painter.

Un contenu proposé par LibreSens

Le burn-out parental, vous connaissez ?

Le burn-out parental est devenu une thématique internationale, reconnue, étudiée, et ce en grande partie grâce au travail de l’équipe de l’université catholique de Louvain !

Un contenu proposé par Fabuleuses au foyer

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Rejoignez-nous sur Instagram