Evoluer entre la norme et la sanction

Evoluer entre la norme et la sanction

Toute société ou micro-société se singularise par son modèle culturel. Celui-ci consiste à définir et à imposer à ses membres des normes, des façons de penser et d’agir...

Un contenu proposé par Proteste

Publié le 7 novembre 2016

… permettant d’uniformiser certains comportements face à des situations définies. La définition de normes engendre dans son sillage la définition de sanctions applicables en cas de non respect des règles posées, imposant à chacun de se conformer aux exigences de la société sous peine d’en être exclu. Mais qu’en est-il du libre arbitre ? De l’appréciation de la relation et de l’action ? Normes et sanctions sont-elles toujours souhaitables ? Et si oui, applicables ? En bref, comment évoluer entre la norme et la sanction ?

La punition, qu’une société inflige à ceux qui ont transgressé sa loi, implique, pour qu’elle soit comprise, que l’individu accepte la validité de la norme qui le juge. Depuis Cesare Beccaria et son traité Des délits et des peines (1765), la justice proportionne la peine à la faute. Lorsque Beccaria commence à écrire son livre, les châtiments étaient atroces, on ne se bornait pas à frapper de mort la plupart des crimes mais on aggravait la peine par d’horribles supplices. Le juge avait des pouvoirs quasi illimités, aucun droit accordé à la défense, ni l’équité d’une proportion entre les délits et les peines.

Le philosophe anglais, Jeremy Bentham, père du courant appelé « utilitarisme », conçoit la punition comme devant d’abord être utile à la société: « La peine, moyen vil en lui-même, qui répugne à tous les sentiments généreux s’élève au premier rang des services publics lorsqu’on l’envisage, non comme un acte de colère ou de vengeance contre un coupable (…) mais comme un sacrifice indispensable pour le salut commun. »(1) Beccaria et Bentham vont construire le système pénal qui va s’étendre peu à peu à toute l’Europe et qui instaure une double fonction à la peine : d’une part, provoquer l’amendement du coupable ; d’autre part, faire en sorte que cette punition infligée soit utile à la société, soit dans sa valeur d’exemple, soit en permettant la réintégration de l’homme puni.

(1) Dumont, Théories des peines et des récompenses, extraits des manuscrits de Jérémy Bentham, Tome 1, Bruxelles, 1840, p. 23.

Dans la même rubrique...

Extension de l’interruption médicale de grossesse

Une loi votée cet été autorise désormais les femmes à avorter jusqu’à 9 mois pour des raisons psycho-sociales. La réaction du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Le blog d’Antoine Nouis

La technologie, la 5G et les Amish

Qui sont ces Amish cités par Emmanuel Macron autour du débat sur la 5G ? Retour sur cette minorité protestante radicale et sur la place de la technique dans nos vies.

Un contenu proposé par Campus protestant

Quelle rentrée après le confinement ?

Pour Édith Tartar-Goddet, psychosociologue, les "effets réels du confinement sur l’école seront longs à mesurer".

Un contenu proposé par Réveil

Observatoire de la laïcité : le soutien sans faille des protestants

Plusieurs voix, dont celles des instances protestantes, se sont élevées en soutien à l’Observatoire de la laïcité, sous le feu des critiques.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Proteste

Proteste est la revue d’information et de réflexion de la Fédération de l’Entraide Protestante. Elle propose de nourrir en permanence les ressorts de l’action : savoir, réfléchir et affirmer !

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram