« Vous portez bien votre nom de protestant ! »

Grand contournement Ouest de Strasbourg : le cri d’une pasteure

« Vous portez bien votre nom de protestant ! » Ce sont les termes d’un courrier anonyme reçu mi-septembre 2018 au presbytère de Kolbsheim où je suis pasteure, près de Strasbourg.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 26 novembre 2018

Cher correspondant anonyme, vous pensiez m’injurier, mais je le prends comme un compliment ! Oui, je n’ai jamais aussi bien porté le nom de protestant !

Il y a les combats que l’on choisit et ceux qui s’imposent à vous. C’est le cas de la lutte dans laquelle je me suis engagée publiquement, depuis deux ans, contre le projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO), autoroute de 22 km visant à bétonner 300 hectares de terre agricole fertile. Je ne vais pas détailler ici ce projet absurde, aussi vieux que celui de Notre-Dame-des-Landes. En 2016, le projet de GCO ressort des cartons de l’État et de Vinci : Pouvais-je continuer à prêcher le respect de la création et une conversion personnelle de notre mode de vie à l’intérieur de l’Église ? Et laisser le village, mes paroissiens, le maire en tête, lutter contre un projet inutile et destructeur de la biodiversité à quelques centaines de mètres ? La lutte s’est organisée en bonne partie à Kolbsheim et dans sa forêt menacée de destruction pour laisser place à un viaduc de 18 mètres de haut. Durant l’été 2017, s’y est installée une Zone À Défendre (ZAD) qui a abrité entre 10 et 25 habitants. Autour de ce noyau, s’est greffé un nombre important de militants regroupés en associations.

Une pasteure militante

Qu’est-ce qu’une pasteure vient faire au milieu de zadistes et de militants écologistes de tout poil ? Un travail de pasteur ! Témoigner de la foi qui est la mienne et qui me motive dans cette lutte. Accueillir sans discrimination ceux qui arrivent avec leur histoire et leurs convictions. Soutenir psychologiquement et pratiquement chacun dans les hauts et les bas de la lutte. Organiser avec quelques collègues, des temps de célébration pour les chrétiens militants et, pour tous, des temps de partage de nos motivations. Participer, avec le maire, aux réunions permettant l’organisation de la collaboration entre zadistes, militants et villageois. Réfléchir aux formes de luttes non violentes. Partager les projets de vie et de société basés sur des valeurs de partage et non de consumérisme. Recueillir les zadistes dans la salle paroissiale quand le froid et l’humidité se font trop criants.

À la demande du maire, sonner les cloches de l’église pour alerter les villageois de l’arrivée des machines pour couper les arbres. Je suis sortie de mon Église. Et je n’ai jamais autant été encouragée, remerciée pour mon travail de pasteure… par des chrétiens, des militants de tous bords, des zadistes. De la part d’un public que certains jugent sans foi ni loi, je constate un intérêt, une reconnaissance et un profond respect pour ce que j’incarne. Sur les sujets brûlants de société, comme ceux de l’environnement, les chrétiens sont accueillis, entendus, voire attendus. Alors pourquoi avons-nous tant de mal à sortir de nos Églises ? J’ai la conviction d’être à ma place de chrétienne et de pasteure au milieu de ce peuple qui fréquente peu ou pas l’Église. Je ne peux que les remercier d’avoir contribué à enraciner mon ministère dans la personne du Christ. Oui, je crois bien porter le nom de protestant…

Caroline Ingrand-Hoffet, pasteure en Alsace, à Kolbsheim Hangenbieten (UÉPAL)

Sur le même thème

Cyril Bonnin, le contact vrai et la sérénité

Cyril Bonnin : le contact vrai et la sérénité

A 43 ans, Cyril Bonnin, trésorier de l’Église protestante unie de Montargis et président du service d’Entraide, est un passionné de la vie.

Un contenu proposé par Paroles Protestantes – Paris
Génération Rosa Parks

Génération Rosa Parks

50 ans après l’assassinat de Martin Luther King, les femmes qui l’ont aidé à mener son combat non violent sont enfin mises en valeur.

Un contenu proposé par Éditions Ampelos
L’engagement de pasteurs contre le GCO divise

L’engagement de pasteurs contre le GCO divise

Plusieurs pasteurs de l’UEPAL se sont opposés au Grand contournement ouest de Strasbourg (GCO) par la parole et des actes. Une femme ou un homme d’Église peut-il prendre parti publiquement ? Et si oui, de quelle manière ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Abonnez-vous à un média protestant !