Théologie "queer", identités, genre...
Discriminations

Homophobie : les violences verbales ou physiques contre les LGBT+ ont doublé en cinq ans

En 2021, 2170 crimes et délits contre les personnes lesbiennes, gays, bi et transgenres ont été recensés par les forces de l’ordre, en plus des 1620 contraventions pour injure ou diffamation.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 17 mai 2022

Auteur : Camille Verdi

En ce mardi 17 mai, journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, force est de constater que ces deux phénomènes persistent, hélas, vigoureusement au sein de la société française. La veille, le 16 mai, des chiffres alarmants étaient publiés par le ministère de l’Intérieur : les plaintes pour injures, menaces ou agressions envers les personnes LGBT+ ont doublé en cinq ans, rapporte France Info.

L’an passé, ce sont 2 170 crimes et délits contre les personnes lesbiennes, gays, bi et transgenres qui ont été recensés par les forces de l’ordre françaises. S’ajoute à cela 1620 contraventions, dont 90% pour injure ou diffamation. Au total, donc, il s’agit de 3790 atteintes “commises en raison de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre”. À titre de comparaison, c’est 12% de plus qu’en 2019 et 28% de plus qu’en 2020, selon les chiffres.

Ces atteintes se déroulent, généralement, en milieu urbain. Près de 53% d’entre elles ont lieu dans des agglomérations de plus de 200 000 habitants. Et ce, même si “cette proportion a diminué au cours des deux dernières années”, précise Beauvau. Autres données, la moitié des crimes et délits à l’encontre des personnes LGBT+ ont lieu dans l’espace public. Et cela concerne en majorité des hommes (73%) qui sont âgés de moins de 30 ans (51%), note France Info.

Une “polarisation”

Dans son rapport annuel publié ce mardi 17 mai, SOS Homophobie déplore des “crachats”, l’augmentation des coups et blessures, voire des viols. L’association dénonce également une “recrudescence alarmante des cas en milieu scolaire (…), dans les commerces ou au sein de la police et de la justice”.

Pour Flora Bolter, de l’observatoire LGBT+ de la Fondation Jean Jaurès, ces chiffres ne représentent que “la partie émergée de l’iceberg”. En effet, d’après l’enquête “Cadre de vie et sécurité”, seules 20% des victimes portent plainte en cas d’agression ou de menace, et 5% en cas d’injure. Les raisons ? Ces personnes concernées culpabilisent, craignent de ne pas être bien accueillies par les forces de l’ordre, ou font face à une minimisation des faits qu’elles dénoncent, indique Lucile Jomat, la présidente de l’association SOS Homophobie, citée par France 24.

Quand nous intervenons dans les établissements scolaires, nous rencontrons de plus en plus de jeunes très ouverts, mais aussi de personnes intolérantes : il y a une polarisation”, remarque-t-elle. Lucile Jomat estime que cette lutte nécessite “des moyens” dans le but de “faire avancer la société via des campagnes de sensibilisation et d’éducation”.

Dans la même rubrique...

Porteuses de valeurs collectives, les religions sont tentées par le repli

A la fois creusets démocratiques et arguments des replis identitaires, les Eglises jouent un rôle ambivalent avec la démocratie.

Un contenu proposé par Réformés

ParcourSup : la belle réussite d’un jeune migrant

Jeune migrant sans-papier, Jonathan Kikanga, 18 ans, élève de terminale, a reçu 25 admissions.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Fin du port du masque, attentat raciste aux États-Unis… Les 5 informations à retenir du week-end

Vous n'avez pas eu le temps de tout lire, on vous résume l'actualité du week-end écoulé.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Percée de la Nupes aux législatives, abstention record, montée du RN… Les 5 infos marquantes de l’actualité politique

Vous n'avez pas eu le temps de tout lire, on vous résume l’actualité politique de la semaine écoulée.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi