Justice pour restaurer, punir et guérir

Justice pour restaurer, punir et guérir

L’intitulé de ce numéro de juillet 2019 se veut à dessein éloigné de tout manichéisme, et par conséquent de toute alternative binaire et réductrice.

Un contenu proposé par Foi & Vie

Publié le 10 juillet 2019

Lire directement l’article sur Foi & Vie

La justice est à l’évidence l’un des secteurs de la société moderne (…) qui se trouve être l’objet du maximum de projections, d’attentes, de frustrations : bref, de fantasmes. À l’opacité qui entoure son véritable fonctionnement, mais surtout ses enjeux et ses finalités, chez la plupart de nos contemporains, ne répondent guère qu’une myriade de lieux communs et de caricatures. 

Justice pour restaurer, punir et guérir : l’intitulé de ce numéro se veut à dessein éloigné de tout manichéisme, et par conséquent de toute alternative binaire et réductrice. Il n’est pas question de choisir une justice de restauration contre une justice de punition, a fortiori de viser la guérison en faisant l’économie de toute sanction. Même les plus ardents promoteurs de la justice restaurative ne la présentent jamais comme une panacée appelée à se substituer un jour plus ou moins prochain, dans un monde idéal, à la justice pénale de type classique, mais comme un processus complémentaire à la justice rétributive, et même à la peine de prison, avec lesquelles il s’agira de l’articuler étroitement. Non pas, donc, Justice pour punir, ou pour restaurer et guérir, mais bien Justice pour restaurer, punir et guérir. Loin de toute univocité, la finalité de la justice est plurielle, foisonnante.

C’est cette option, exigeante car cherchant à rendre compte de la complexité du réel, mais de ce fait même d’autant plus féconde, qui a présidé à la confection de ce numéro. C’est pourquoi nous avons choisi, pour commencer, de donner la parole à Bernard Piettre. Celui-ci, partant du constat que la sanction pénale est pénible, se demande d’emblée : pourquoi faut-il faire souffrir pour punir ? La sanction ne pourrait-elle ne pas être douloureuse ? Ce questionnement le conduit à se  […]

Lire la suite sur Foi & Vie

Sur le même thème

Karl Barth et ses interfaces

Karl Barth et ses interfaces

Karl Barth est mort, à 82 ans, le 10 décembre 1968. La commémoration des 50 ans de sa disparition est à découvrir dans le numéro de février 2019 de "Foi & Vie".

Un contenu proposé par Foi & Vie
Repenser nos solidarités

Repenser nos solidarités

Les riches sont de plus en plus riches, les pauvres de plus en plus pauvres, et plus nombreux. Des formes de solidarité sont ainsi à repenser. A découvrir dans le numéro de décembre 2018 de "Foi & Vie".

Un contenu proposé par Foi & Vie
Moïse en kaléidoscope

Moïse en kaléidoscope

Parmi les grands personnages de la Bible, Moïse est certainement l’un des plus importants, mais aussi l’un des plus complexes et peut-être aussi des plus impressionnants. A découvrir dans le numéro d'octobre 2018 de "Foi & Vie", revue de culture protestante.

Un contenu proposé par Foi & Vie

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Foi & Vie

Depuis 1898, Foi & Vie – La revue de culture protestante – a toujours cherché à articuler les convictions protestantes et les questions de société. A la croisée de plusieurs courants théologiques, la revue se propose de porter un regard chrétien sur les mutations de notre monde.

Derniers contenus du partenaire

7e convention du Forum protestant