études

Les évangéliques représentent 54% des protestants français

Deux études publiées simultanément révèlent la croissance des protestants évangéliques et démographie des protestants français.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Publié le 12 avril 2021

Lire directement l’article sur Évangeliques.info

Les historiens et sociologues Sébastien Fath et Jean-Paul Willaime en tirent plusieurs analyses, chiffres à l’appui.

Deux études publiées simultanément décryptent chiffres à l’appui la démographie des protestants français et la croissance des évangéliques français: celles de Sébastien Fath, historien des religions et chercheur au CNRS d’une part et de Jean-Paul Willaime pour la Fondation pour l’innovation politique.

Les conclusions des enquêtes de Sébastien Fath ont été révélées le 1er avril au sein de l’enquête « Les protestants en forme… grâce aux évangéliques » publiée dans l’édition hebdomadaire du journal Réforme . Celle-ci dévoile la composition du paysage évangélique répartie entre 54% de protestants évangéliques, 30% de luthériens et de 16% d’autres dénominations protestantes dites «  en marge ». Les protestants évangéliques français représentent aujourd’hui 1,6% de la population, les luthériens 0,9% et la dernière catégorie réunit […]

Lire la suite sur Évangeliques.info

Dans la même rubrique...

Retour sur le parcours du théologien Hans Küng

Hans Küng s’est éteint ,le 6 avril, à 96 ans au terme d’une vie animée du désir d’installer l’Église catholique dans le monde actuel.

Un contenu proposé par Réforme

Bintou et Marie

Pour Brigitte Brunel, sympathisante la Mission populaire évangélique, le parallèle entre Bintou, réfugiée mère d’un enfant né d’un viol et Marie, mère de Jésus, dit la violence ancestrale faite aux femmes.

Un contenu proposé par Blog pop

La parole est-elle plus importante que le silence ?

On connaît le célèbre proverbe La parole est d’argent, mais le silence est d’or. Les proverbes ont cette qualité d’être toujours vraisemblables.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

La convention citoyenne, un modèle fragile

Le débat public entre citoyens tirés au sort peut-il offrir une réponse à la crise de confiance qui sévit dans notre société ? Le philosophe Bernard Reber éclaire notre réflexion.

Un contenu proposé par Le blog de Frédérick Casadesus