Les lycées sont-ils à reformer sans cesse ?

Les lycées sont-ils à réformer sans cesse ?

Le protestant que je suis, qui plus est réformé, n’est pas contre les réformes. Mais être pour ne veut pas dire accepter qu’elles puissent être faites sans réelle concertation et respect.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 3 septembre 2019

Auteur : Marc Schaefer

La réforme du lycée qui prend encore plus forme à l’occasion de cette rentrée 2019 a été présentée comme faisant suite à une concertation par le ministre Jean-Michel Blanquer, mais elle est fortement discutée par les enseignants. Ces derniers, après deux ans de tentatives de dialogue pour protéger la qualité de l’enseignement, ont été obligés de menacer et de perturber les épreuves du baccalauréat de juin 2019 afin d’essayer d’être entendus et d’alerter l’opinion publique sur cette énième réforme des lycées.

Au protestant que je suis, il manque un esprit de dispute constructive dans cette mise en place d’un nouveau projet. J’ai toujours du mal à comprendre qu’une réforme puisse se faire sans bilan avec les acteurs de terrain et sans dialogue constructif avec les bénéficiaires que sont les adolescents. Une réforme sans le jeu de la dispute qui permet de trancher, d’assouplir ou de renforcer l’orientation de la réforme est finalement dangereuse pour tout le monde.

Ne pas tout spécialiser

Pourquoi supprimer la troisième langue, notamment pour des élèves qui se destinent à des classes européennes ? Comment choisir son orientation, en abandonnant des matières comme les mathématiques, alors que l’orientation professionnelle future est encore loin d’être au clair quand vous êtes en seconde ? Ce choix anticipé, qui ne maintient plus un enseignement généraliste, tout en se spécialisant partiellement en première me paraît dangereux, d’autant que les critères d’admissibilité post-bac dans certaines formations demeurent relativement f lous. Fermer des orientations, limiter l’accès à des enseignements supérieurs en spécialisant de plus en plus tôt l’orientation et en minimisant les futures passerelles possibles résidant dans un enseignement dit généraliste me paraît être une bien mauvaise voie pour des jeunes qui se cherchent.

Mon regard, extérieur à l’Éducation nationale, me fait alors me poser la question de savoir si cette nouvelle réforme des lycées n’est pas simplement un prétexte pour des coupes budgétaires simplifiées par des suppressions progressives de postes, suite à cette réforme et au non-renouvellement de postes d’enseignants. Personnellement, je ne perçois pas la vision renouvelée et ambitieuse qui conduirait à un enseignement de qualité. Je crains même que ce qui est mis en place à cette rentrée ne soit au service au final de la régression et de la déviation négative. J’aimerais me tromper…

DES RÉFORMES ANNONCÉES

Le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, fera en 2019 sa troisième rentrée scolaire. Il lance des réformes importantes annoncées dans trois livres programmatiques : L’École de la vie (2014), L’École de demain (2016) et L’École de la confiance (2018). À la suite de ces annonces, les syndicats enseignants ont appelé à la grève.

Sur le même thème

Bonjour l’angoisse, mes années lycée

Bonjour l’angoisse, mes années lycée

Un roman graphique plein d’humour et original qui nous offre un aperçu du quotidien de milliers de lycéens à l’heure du web 2.0.

Un contenu proposé par Le bal littéraire des sardines
Parcours Sup’ : en attente de confiance

Parcoursup : en attente de confiance

Le dispositif Parcoursup mis en place par le gouvernement pour pallier aux injustices de l’accès aux universités a-t-il rempli sa mission ?

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
Jeunes et religions : les valeurs avant toute chose

Jeunes et religions : les valeurs avant toute chose

Spécialiste en pédagogie de la religion à l’Université de Brême, le professeur Jürgen Lott s’intéresse au rapport que les jeunes entretiennent avec la religion. Interview.

Un contenu proposé par Protestinfo

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

7e convention du Forum protestant