Les services funèbres, quézaco ?

Les services funèbres, quézaco ?

Même des protestants sans lien avec la vie de l’Église locale souhaitent « passer au temple » avant d’être inhumés ou incinérés. Qu’en penser ? Et quel sens ont ces cérémonies ?

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 7 avril 2018

Par Christophe Desplanque, pasteur à Agen.

En tant que pasteur, il m’arrive fréquemment de prendre contact pour la première fois avec une famille à l’occasion du décès d’un de ses membres. « Il était malade depuis un certain temps, le pasteur ou un autre responsable de la communauté chrétienne locale aurait pu le visiter, mais on n’y a pas pensé, et puis, ça l’aurait inquiété… ». Par contre, les proches n’imaginaient pas que leur père, leur mère soient enterrés sans la présence et le secours de l’Église, qu’il n’est jamais question de leur refuser.

Sens de la cérémonie

Rappelons le triple sens que nous donnons au culte célébré à l’occasion d’un décès : il est l’occasion de dire merci à Dieu pour tout le chemin que le ou la défunt(e) a pu parcourir ici-bas et partager avec son entourage ; de demander à Dieu son aide et sa consolation dans la prière et surtout d’entendre la Parole de vie, de partager l’espérance de la résurrection qui nous est donnée en Jésus-Christ : la mort n’a pas le dernier mot ; il appartient au Dieu vivant. Le culte n’est donc pas destiné au défunt. Il n’est pas un rite de passage qui permettrait à son âme de prendre la bonne direction, comme le veut l’esprit religieux qui remonte à la nuit des temps. Le culte est uniquement célébré, et la parole annoncée, à l’intention de ceux qui restent, des vivants. Même s’il n’est pas exclu de remettre à Dieu, dans la foi en son amour et l’espérance de son Royaume, celui ou celle qui n’est plus.

Incarnation de la Parole

L’assistance – parfois nombreuse – a ainsi l’occasion d’entendre le message de Jésus-Christ. Le plus souvent, la famille laisse le choix du texte biblique à méditer au prédicateur, mais il est bon que ce dernier relie le texte aux circonstances, en évoquant tel ou tel aspect de la vie et de la personnalité du défunt dont il aura pris connaissance. Il s’agit d’éviter une annonce de la Bonne nouvelle désincarnée, abstraite, standardisée.

Sur le même thème

Le mariage, quézaco

Le mariage, quézaco ?

Des couples viennent célébrer leur mariage dans nos communautés. Qu’est-ce qui se passe pendant, avant et autour d’un tel culte de bénédiction ?

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
La Cène, quézaco ?

La Cène, quézaco ?

Une des différences principales entre catholiques et protestants réside dans ce que les uns nomment « l’eucharistie » et ce que les autres appellent « la Sainte-Cène ou Cène ».

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
Le Culte, quézaco ?

Le culte, quézaco ?

Dimanche après dimanche, les chrétiens se réunissent pour le culte (ou messe chez les catholiques). Mais pourquoi le culte ? Quel sens cela a-t-il ? Qu’est-ce que cela peut bien apporter ? Pourquoi aller au culte ? Et pourquoi pas ?

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire