Les théories du complot

Les théories du complot

Le 4 février dernier, le gouvernement a tenté, en diffusant, à destination des jeunes, un clip plutôt raté, de lutter contre le phénomène galopant des théories du complot.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 3 mars 2016

Tous les événements plus ou moins dramatiques de ces dernières années, de la mort de Coluche aux attentats de Charlie Hebdo trouvent, grâce à elles, une explication. Ces théories trouvent même aujourd’hui un certain écho dans l’Église.

Umberto Éco, décédé il y a peu, disait que la théorie du complot est une maladie sociale universelle, difficile à combattre. De fait, elle puise loin ses racines. Au tout début du christianisme, les chrétiens ont désigné les Juifs comme les conspirateurs ourdis par le diable lui-même pour s’attaquer aux fidèles du Christ. Ce mythe d’un « complot juif mondial » a d’ailleurs la vie dure et a fait l’objet de nombreuses modifications au cours du temps : complot judéo-maçonnique, judéo-communiste, judéo-capitaliste, judéo-médiatique… Au XVIIIème siècle, Les Lumières vont valoriser la théorie du complot. Leur soif d’émancipation les conduit à dénoncer les obscurantistes religieux qui conspirent pour maintenir le monde dans les ténèbres. Les Illuminati, confrérie estudiantine secrète menée par le jésuite Adam Weishaupt, s’inscrivent dans cette envie de libération et de progrès. La croyance en l’existence de cette loge secrète surpuissante est encore forte aujourd’hui. Les films de Dan Brown le confirment.

Pourquoi ?

L’histoire montre que c’est dans les périodes calmes et prospères que les théories du complot ont le plus de mal à se répandre. Et c’est logique. Quand l’angoisse est profonde et généralisée au sein de la population, comme c’est le cas actuellement (terrorisme, chômage, crise environnementale…), les gens cherchent à être rassurés. Les explications complotistes répondent à ces angoisses en donnant un ordre, un plan. Le monde devient compréhensible, voire prévisible. Et puis, il ne faut pas se le cacher, les théories du complot sont autant d’alibis pour éviter de se remettre en question et pour se dédouaner de toute responsabilité dans les événements qui arrivent.

Compatible avec l’Évangile ?

Depuis peu, de bruits de couloir en vœu synodal, certains propos laissent penser à l’existence d’un complot ecclésial. Le refus de certains candidats par la CDM, par exemple, relèverait d’un « délit d’opinion » et l’insuffisante représentation d’un courant théologique au sein de la délégation au synode national serait la preuve même de ce « complot ». Une telle pensée est le signe manifeste d’une certaine angoisse. Elle est sans doute plus profonde que ce qu’on pense habituellement. Mais est-ce une raison suffisante pour s’engouffrer dans cette brèche ? Probablement pas. D’autant que l’Évangile est, par essence, contraire à de telles théories. Elles veulent, d’une certaine manière, avoir la mainmise sur les événements du monde ? Le Christ est venu nous rappeler que l’homme n’était pas le tout-puissant qu’il prétend être. Il nous invite à l’abandon et à la confiance en Dieu et au Christ. Ces théories du complot veulent, en outre, donner du sens aux événements qui nous arrivent ? L’Évangile nous dit que le seul sens de notre vie se trouve dans le message d’amour que Dieu est venu incarner en Christ. Le sens se trouve dans le courage d’accepter d’être aimé pour rien et dans le courage d’aimer l’autre pour rien, sans conditions. La folie de la croix sera toujours plus sage que les plus fumeuses élucubrations de l’être humain pour donner du sens à sa vie. Ces théories du complot veulent, enfin, désigner un ennemi, un adversaire ? Le Christ est venu détruire le mur de la haine (Éphésiens 2,14) et réconcilier l’humanité divisée. Il invite chacun à vivre de la confiance et dans la confiance mutuelle. Celle-ci est certes exigeante, constituée d’interpellations et de débats, mais elle a choisi de faire une croix sur le soupçon, les rumeurs et les ragots.

Dans la même rubrique...

Les « Sept de Briançon » en attente du verdict

Le sort des « Sept de Briançon », accusés d’avoir fait entrer en France une vingtaine d’étrangers, n’est pas encore réglé. Lors du procès en appel qui a eu lieu le 27 mai, un allègement des peines a été requis. Verdict en septembre.

Un contenu proposé par Réforme

Le sens du travail selon Calvin (3)

Si bien des aspects du travail peuvent nous aider à reconsidérer le travail au 21e siècle, on ne peut occulter certaines difficultés de la lecture calvinienne.

Un contenu proposé par Forum protestant

Élections régionales : l’abstention n’était pas un accident

Au second comme au premier tour des élections régionales et départementales, l’importance de l’abstention se confirme.

Un contenu proposé par Réforme

Premier « concert test », une lueur d’espoir pour la culture ?

Quelque 5 000 spectateurs ont assisté samedi 29 mai à un « concert-test » du groupe Indochine dans la fosse de l'AccorHotels Arena de Bercy, à Paris.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire