Les violences faites aux associations de femmes qui aident les femmes

Les violences faites aux associations de femmes qui aident les femmes

Entretien avec Roselyne Rollier, présidente de la Maison des femmes de Montreuil.

Un contenu proposé par Présence

Publié le 15 novembre 2018

Auteur : Stéphane Lavignotte

Les pouvoirs publics affichent volontiers leur engagement. Vu de la Maison des Femmes de Montreuil, association féministe pour les droits des femmes et contre les violences faites aux femmes, ouverte en 2000, le décalage est surtout flagrant avec la réalité vécue par les associations et… les femmes.

Roselyne Rollier, présidente de la Maison des femmes de Montreuil s’inquiète : « On ne sait pas comment on finit l’année». Un souci récurrent. Déjà au beau milieu de l’été dernier, des subventions importantes étaient menacées. Branle-bas de combat, coups de téléphone, alerte des uns et des autres. Pour finalement les sauver. Mais « sans arrêt, il faut chercher de l’argent». Les modes de financement semblent complètement décalés avec la réalité du fonctionnement associatif. Les pouvoirs publics ne financent que pour des actions précises, alors que les trois-quarts des dépenses correspondent au fonctionnement régulier : loyer, chauffage, salaires, etc. La région Ile-de-France soutient « l’innovation », ce qui veut dire dans la pratique, le lancement des nouvelles actions : mais quel argent une fois lancées ? Une partie des emplois aidés doivent obligatoirement être occupés par des personnes en situation de précarité. Or ces emplois consistent… à aider des femmes en situation de précarité.

Décalage avec la réalité

Décalés avec le fonctionnement associatif, les dispositifs de financement le sont aussi avec les réalités vécues par les femmes. Alors que la rue est particulièrement violente pour les femmes, le travail social des associations n’est ni pris en compte, ni financé. En hiver, «on nous dit que les femmes ne viennent pas dans les gymnases qui sont ouverts, raconte Roselyne Rollier. Et pour cause, les femmes à la rue sont… dans les lits des hommes qui les hébergent. On n’appellera pas ça de la prostitution… ». La précarité sociale des femmes est invisibilisée, faute de statistiques genrées que demandent les associations féministes où l’on distinguerait femmes et hommes. Sur un autre problème, celui des violences faites aux femmes, le décalage n’est pas moindre. La Maison des femmes est soutenue financièrement pour ses permanences d’accueil. L’association, suite à ses réflexions et analyses féministes a mis en place un parcours qui fait rencontrer les bonnes personnes au bon moment – par exemple des avocates qui viennent sur place. Mais ce qui permet que les permanences fonctionnent – nouer des partenariats, former les bénévoles, s’organiser… – n’est pas financé. « Nous sommes des inventeuses de solutions qui fonctionnent. Mais nous ne sommes ni reconnues, ni suffisamment subventionnées» regrette Roselyne Rollier.

Une deuxième violence

Dans le même temps, les dispositifs prévus par la loi, eux ne fonctionnent souvent pas. Si une femme va au commissariat en disant qu’elle ne peut pas rentrer chez elle car elle risque de subir des violences, la loi prévoit une « mise à l’abri»: un hébergement, de l’argent pour s’y rendre, un rendez-vous le lendemain matin chez une assistante sociale, et aux UMJ (unités médico légales avec accompagnement physique), etc. « Or la plupart du temps, elles sont renvoyées chez elle… Et bien souvent les plaintes ne sont pas prises… » témoigne la militante associative. De la même manière, 4 millions d’euros sont prévus pour des spots télé qui orientent vers le numéro d’urgence 3919… pour lequel seulement 150 000 euros sont prévus pour trois postes d’écoutantes… Ce décalage entre les discours publics et la réalité de la prise en charge «s’ajoute comme une deuxième violence à la première subie» dénonce-t-on à l’association. Même si l’association peut s’appuyer sur quelques soutiens insuffisants mais fidèles – la commune, le département… – pour Roselyne Rollier, c’est le sens même du travail associatif qui est posé : « Notre travail d’association devrait être de réfléchir à des sujets, de sensibiliser les femmes, faire des propositions, faire du lobbying pour que les pouvoirs publics les mettent en place… Nous nous retrouvons à le faire nous-mêmes, certes bien, nous savons que nous sauvons des vies, mais à peu de frais pour l’État… »

Et au risque de ne pas pouvoir indéfiniment continuer comme ça…

Sur le même thème

Femmes précaires en danger

Femmes précaires en danger

Être femme et précaire signifie multiplier les risques d’être malade, d’avoir moins accès aux soins... et d’être moins bien soignée. Le Haut-Conseil à l’égalité a fait des propositions il y a plus d’un an.

Un contenu proposé par Présence
Pour une reconnaissance politique du « prendre soin »

Pour une reconnaissance politique du « prendre soin »

Comment mettre fin à la dévalorisation des métiers du soin – des aides-soignantes aux femmes de ménage – massivement occupés par des femmes ? Entretien avec la philosophe Sandra Laugier.

Un contenu proposé par Présence
La Maison ouverte de Montreuil

La Maison Ouverte de Montreuil

La Maison Ouverte de Montreuil est née de l’initiative d’un groupe de paroissiens qui voulait continuer à se rassembler malgré la destruction du temple de Montreuil suite à un projet immobilier de la ville.

Un contenu proposé par Présence

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Présence

Présence est le journal de la Mission populaire évangélique de France. Il paraît 4 fois par an et propose notamment des nouvelles de 13 « Frats » (lieux d’accueil) du mouvement. Après une refonte graphique en 2017, la revue trimestrielle dévoile une nouvelle formule en avril 2018.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants