« Nous sommes tous migrants ! »

Jean-Claude Métraux est spécialisé dans l’accueil des migrants. A ses yeux, l’acceptation de notre propre vulnérabilité nous permet d’accueillir l’autre tel qu’il est.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 12 décembre 2017

Auteur : Gilles Bourquin

Lire directement l’article sur Réformés

L’Evangile de Matthieu lie de façon très étroite la faiblesse du Messie et sa perpétuelle migration. Pour vous, psychothérapeute auprès des migrants, comment la faiblesse et la migration sont-elles reliées?

Tout être humain est vulnérable dans sa nature par le simple fait qu’il est mortel. Il faut toutefois distinguer cette faiblesse qui nous est commune des périls que traversent certains migrants, impliquant une détresse réelle qui ne doit pas être acceptée.

Vous affirmez néanmoins que nous sommes tous migrants…

Oui, car même si nous ne nous déplaçons pas, la société change autour de nous, au point que nous pouvons nous sentir étrangers dans le monde où nous vivons. J’en ai pris conscience en repensant à ma grand-mère, qui ne s’est déplacée que de vingt-cinq kilomètres d’un village de la Broye à Lausanne, et qui n’a jamais réussi à s’intégrer dans son “pays d’accueil”, Lausanne. Notre société a fortement “migré” entre les années 1985 et 1995, avec la chute du mur, le téléphone portable, internet, l’effet humain sur le climat, le néolibéralisme, etc. […]

Lire la suite sur Réformés

Dans la même rubrique...

Droits des enfants : la France peut mieux faire !

Droits des enfants : la France peut mieux faire !

Défendre les droits de l’enfant, ce n’est pas seulement s’intéresser à leur sécurité. C’est se préoccuper de leur bien-être et de leur épanouissement au sein de la société.

Un contenu proposé par Fédération de l’Entraide Protestante
« Vous portez bien votre nom de protestant ! »

Grand contournement Ouest de Strasbourg : le cri d’une pasteure

« Vous portez bien votre nom de protestant ! » Ce sont les termes d’un courrier anonyme reçu mi-septembre 2018 au presbytère de Kolbsheim où je suis pasteure, près de Strasbourg.

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
Le grand débat national, un premier pas pour aborder la crise

Le grand débat national, un premier pas pour aborder la crise

Engager un débat national, pourquoi pas ? À condition qu’il dure plus de trois mois explique le pasteur Michel Bertrand.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Réformés

Réformés est le mensuel des protestants réformés de Suisse romande. Il est financé par les Églises réformées suisses des cantons de Vaud, Neuchâtel, Genève, Berne francophone et Jura.

Derniers contenus du partenaire

Inscrivez-vous à la newsletter de Regards protestants