Pour ou contre un travail pour payer ses études ?
Débat

Pour ou contre un travail pour payer ses études ?

Il n’est pas nouveau que des jeunes gens doivent travailler pour payer leurs études. Voici un pour et contre le travail des étudiants.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 6 avril 2020

Les études d’abord !

Si l’on se réfère à une récente étude de l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE), près d’un étudiant sur deux exercerait une activité salariée et, pour 88 % de ces étudiants salariés, c’est par nécessité. Nous sommes loin de l’époque où nous occupions des « jobs d’été » pour financer nos loisirs car il était inconcevable, dans des milieux « bourgeois », de donner de l’argent de poche à cette fin. Quand un travail salarié devient une obligation pour faire face à une certaine précarité, se pose le problème de la qualité du travail et de son adéquation avec les études poursuivies. Sans doute, pour les activités salariées liées aux études (formations en alternance ou internat en médecine pour prendre deux exemples), celles-ci font partie du cursus normal. En revanche, qu’en est-il de ces emplois proposés aux étudiants entre temps partiel et temps complet, exercés d’une façon régulière et qui peuvent avoir des conséquences fâcheuses sur la qualité de la vie étudiante ? Le travail rémunéré prend alors le pas sur le temps consacré aux études proprement dites mais aussi à celui lié aux diverses activités autour de cette vie étudiante ; il devient alors  facteur d’exclusion. Quant à la fatigue engendrée par des emplois aux horaires décalés, elle n’est pas non plus un facteur de réussite ! Le système des bourses publiques ne semble pas remplir son rôle et serait sans doute plus efficace s’il permettait un revenu minimum garanti pour tout étudiant.

Un travail pour voir !

La grogne estudiantine est de mise depuis l’immolation d’un étudiant en novembre dernier. Les étudiants manifestent, notamment, pour une réévaluation des bourses. Elle leur permettrait d’éviter de faire des « petits boulots » alimentaires : servir chez MacDo, pédaler pour Uber Eats, faire de la manutention dans des hypermarchés… Mais c’est bien vite dénigrer ces « petits boulots ». Ils ont plusieurs intérêts à mon sens. D’abord, ils apprennent aux étudiants que la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Il leur faudra se battre et jouer des coudes pour arriver. « Rien n’est donné tout cuit », comme on dit. Ensuite, ces « petits boulots » permettent aux étudiants de se sensibiliser avec le monde du travail. L’université ne doit pas être seulement un moment d’approfondissement des connaissances intellectuelles. En parallèle de cela, et des multiples fêtes de décompression, l’étudiant doit pouvoir découvrir la réalité d’un travail avec des horaires, des missions, des ordres et une hiérarchie à respecter. Enfin, ces « petits boulots » permettent aux étudiants de se créer un réseau qui leur permettra peut-être d’assurer leurs arrières en attendant de trouver un travail dans leur filière et selon leurs compétences.

Vous pourriez aimer aussi

Pour les questions matérielles, un conseil spirituel

Lors du renouvellement des conseillers presbytéraux, la question du sens est plus présente qu’autrefois. Vers une spiritualisation des conseils ?

Un contenu proposé par Ensemble – Sud-Ouest
Gouvernance de l’Église, des évolutions nécessaires

Gouvernance de l’Église, des évolutions nécessaires

Dans un environnement où les modes de communication se sont profondément diversifiés, il semble nécessaire d’inventer des aménagements pour redonner du dynamisme à l’Église.

Un contenu proposé par Protestant de l’Ouest
Déserts pastoraux : quelles solutions ?

Déserts pastoraux : quelles solutions ?

Dans certains secteurs de la région Ouest, la pénurie pastorale s’installe. Nous risquons ici quelques réflexions iconoclastes.

Un contenu proposé par Protestant de l’Ouest

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Bel été avec les médias protestants !