Pour une société du « Care »
Réflexion

Pour une société du « Care »

Et si on portait un regard nouveau sur le « prendre soin » ? A l'époque où nombre d'entre nous sont vulnérables, il est temps d'envisager une autre manière de penser et d’agir.

Un contenu proposé par Vivre et espérer

Publié le 15 septembre 2020

Auteur : Jean Hassenforder

Lire directement l’article sur Vivre et espérer

Nous voici déstabilisés par le pandémie. Nous savons la part de souffrance qu’elle a suscité et suscite encore. Nous entendons l’expression de cette souffrance, l’expression de la peur. C’est alors que nous prenons conscience du rôle salvateur de tous ceux qui ont fait ou font face à cette épidémie et en particulier les soignants dans toute leur diversité. Bref, il y a des mots qui portent aujourd’hui : soin et sollicitude. C’est le moment où une pratique nouvelle et le concept qui l’accompagne : le « care », le prendre soin peuvent apparaître au grand jour après un parcours marqué par des obstacles de mentalité.

Désormais, le « Care » n’est plus seulement la prise de conscience ouverte par le livre de Carol Gilligan : « In a different voice », « Une voix différente » qui met en évidence une approche relationnelle de la morale majoritaire en milieu féminin, méconnue jusque là, et dans le même mouvement, une approche de sollicitude envers tous les êtres vulnérables.

A partir de là, va naitre une « éthique du care » exposée notamment par Fabienne Brugère. Ouverte à l’actualité, celle-ci a donc pu écrire récemment dans la revue « Etudes », un article : « Pour une société du care » : « La pandémie fait valoir un fait anthropologique majeur oublié, au moins dans les pays les plus riches : nous sommes vulnérables… les vies viables sont des vies pourtant vulnérables. Chaque vie déploie un monde qu’il s’agit de maintenir, de développer et de réparer. L’individu est relationnel et non pas isolé » (p 63).

En regard, construire éthiquement et politiquement le « prendre soin » demande une volonté. Le soin est une construction éthique, politique et sociale » (p 67). Ainsi la prise de conscience ouverte par Carol Gilligan, la mise en évidence d’une autre manière de penser et d’agir, débouche sur un mouvement social et la vision d’une autre société. C’est un regard nouveau. Comme tous les regards nouveaux, il induit un changement de mentalité et, par la suite, un changement des pratiques sociales. On peut revisiter l’histoire dans ce sens en évoquant les regards nouveaux qui ont changé l’état du monde. Et aujourd’hui encore, face aux tourments que nous rencontrons, de nouvelles visions sont porteuses d’espérance.

Le « care » compte parmi ces visions. Reconnaître « une voix différente » requiert écoute et respect. C’est une ouverture spirituelle. C’est […]

Lire la suite sur Vivre et espérer

Vous pourriez aimer aussi

« Cette épidémie nous montre l’importance et l’étendue de nos liens »

Ce virus inédit a remis en cause nos convictions, nos manières de vivre et notre rapport aux autres comme l’analyse Olivier Abel.

Un contenu proposé par Réformés
Un avenir écologique pour la théologie moderne

Un avenir écologique pour la théologie moderne

Le nouveau livre de Jürgen Moltmann paru fin 2019 ouvre des pistes nouvelles. Selon lui, la voie écologique est aujourd’hui un chemin obligé.

Un contenu proposé par Vivre et espérer
Méditer avec Moltmann

Méditer avec Moltmann

Le secret de la force mobilisatrice de la pensée de Moltmann se trouve dans la profondeur des réflexions existentielles qu’il nous propose.

Un contenu proposé par Vivre et espérer

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Vivre et espérer

Le blog de Jean Hassenforder propose une approche chrétienne, au delà des dénominations, en tout et avec tous, pour reconnaître des chemins de confiance et de vie.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast