Politique

Présidentielle : procuration, mode d’emploi

À l’approche du premier tour de l’élection présidentielle, voici un petit rappel sur la procuration.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 5 avril 2022

Auteur : Camille Verdi

Comme le rappelle Libération, les électeurs ont encore quelques jours pour créer et valider leurs procurations. Certains n’iront tout simplement pas voter par choix. Mais pour celles et ceux qui seront dans l’incapacité de se rendre dans leur bureau de vote, il y a la procuration.

Comment créer sa procuration ?

C’est tout simple (et gratuit) : il faut se rendre sur le site maprocuration.gouv.fr et remplir une pré-demande. Ensuite, direction le commissariat, la gendarmerie ou un consulat français à l’étranger d’ici au 10 avril afin de vérifier son identité et le document. Par ailleurs, la procuration peut aussi être réalisée dans ces trois lieux sans passer par le Net.

Qui peut réaliser une procuration ?

Tous ceux qui n’ont pas été déchus de leur droit de vote, rappelle Libération. L’une des conditions : “que vous et votre mandataire soyez inscrits sur une liste électorale et ayez le droit de voter aux mêmes élections. À titre d’exemple, pour l’élection présidentielle et les élections législatives, le mandataire doit être un électeur de nationalité française”, précise le site maprocuration.gouv.fr. Et d’ajouter : “Si depuis le 1er janvier 2022, votre mandataire n’a plus besoin d’être inscrit sur la même liste électorale que vous, il doit cependant toujours se déplacer à votre bureau de vote pour voter à votre place”. Il faut savoir que le mandataire ne peut pas avoir plus d’une procuration en France, deux à l’étranger.

Jusqu’à quand peut-on faire une procuration ?

“À ce stade, aucune disposition du Code électoral ne fixe de date limite pour l’établissement des procurations de vote. Les procurations peuvent être établies à tout moment”, écrit le site, qui ajoute : “Cependant, pour que votre procuration soit valable le jour du scrutin, vous devez au préalable vous déplacer pour faire vérifier votre identité devant une autorité habilitée (policier, gendarme ou agent du ministère des Affaires étrangères). La procuration doit ensuite être prise en compte par votre commune ou consulat de vote afin que le nom de votre mandataire soit reporté sur la liste d’émargement.” Il est ainsi conseillé de s’y prendre le plus tôt possible.

Quelle est la durée de validité de la procuration ?

Comme on veut. Elle peut être réalisée pour une élection précise, seulement au premier ou au second tour, les deux, ou même pour une durée plus longue, note Libération. Sur le site, il est aussi écrit : “D’un mois minimum à un an maximum pour les électeurs inscrits sur liste communale ; d’un mois à trois ans maximum pour les électeurs inscrits sur liste consulaire”.

Que faire si l’on n’est pas capable de se déplacer pour faire la procuration ?

En cas de maladie ou d’infirmité grave qui vous empêche de vous déplacer, vous pouvez demander qu’un personnel de police ou de gendarmerie se déplace chez vous pour établir la procuration”, explique maprocuration.gouv.fr. “Cette demande de déplacement à domicile (ou dans un établissement spécialisé, par exemple un EHPAD) doit être formulée par écrit et accompagnée d’une attestation sur l’honneur indiquant que vous êtes dans l’impossibilité manifeste de vous déplacer.

Peut-on changer de mandant ?

Oui, en allant sur maprocuration.gouv.fr, mais aussi dans un commissariat ou une gendarmerie.

Est-il tout de même possible d’aller voter en ayant fait une procuration ?

Une procuration créée n’empêche pas de voter pour autant. Sauf si… le mandataire a déjà voté à notre place.

Le mandant doit-il respecter le souhait de vote du mandataire ?

Pas forcément. Il faut donc avoir confiance en la personne qui va voter pour vous. Si aucune personne de confiance n’est disponible, certains électeurs donnent leur procuration à un militant de la section locale du parti politique pour lequel ils souhaitent voter, écrit Libération.

Dans la même rubrique...

Procès des attentats du 13-Novembre : reprise du procès avec les Eagles of Death Metal

Après une nouvelle interruption due à un cas de Covid, le procès reprend ce mardi 17 mai avec, notamment, l’audition de membres du groupe Eagles of Death Metal.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Laïcité, religions… Quel est le programme de Jean-Luc Mélenchon ?

Le 20 mars, à Paris, devant des dizaines de milliers de personnes, le candidat insoumis a appelé les électeurs de gauche à faire preuve de responsabilité afin de l’aider à accéder au second tour.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Quel regard la Bible porte-t-elle sur la politique ?

Comment l’Église doit-elle s’impliquer ? Entre l’idéal et la réalité, sa parole se décline selon trois registres. Explications du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Campus protestant

Convictions 2022 // Église et politique

Les autorités et institutions qui structurent notre nation doivent faire preuve de sagesse, agir en faveur de la paix et préserver la liberté de culte et d’expression.

Un contenu proposé par CNEF – Infos