Qu’est ce qui vaut la peine de croire en l’action publique ?

Qu’est ce qui vaut la peine de croire en l’action publique ?

Issu d'une famille qui compte de nombreux pasteurs, Nicolas Cadène, juriste, ancien attaché parlementaire, est aujourd'hui rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité.

Un contenu proposé par Présence

Publié le 15 septembre 2016

Auteur : Nicolas Cadène

La France connaît la crise depuis plus d’une trentaine d’années. Nous ne sommes plus une société en crise mais de crise. Cette crise est devenue multiple : sociale, économique mais aussi écologique et idéologique.

Dans ce contexte, nous assistons à des replis sur soi, des replis sur des valeurs traditionnelles et religieuses plus rigoureuses, des replis à caractère identitaire, des pratiques religieuses parfois réinventées, et des pressions communautaires -souvent plus médiatisées qu’auparavant-, en particulier dans des zones périphériques, dans des zones rurales et dans des quartiers trop longtemps laissés à l’écart où le sentiment de relégation sociale est très fort. Le monde est globalisé et individualisé, les systèmes alternatifs au modèle capitaliste sont inaudibles, inopérants ou isolés ; des repères qui apparaissaient solides n’existent plus, les syndicats et partis politiques voient le nombre de leurs adhérents se réduire toujours plus.

Les difficultés du quotidien mais aussi la perte de sens et l’absence de perspectives peuvent amener les citoyens à rechercher des réponses simplistes mais concrètes. La religion apparaît souvent comme un réceptacle pour de nombreux citoyens qui recherchent un soutien moral et qui sont en quête de spiritualité. Cependant, tout comme l’extrémisme politique, l’intégrisme religieux peut réveiller les instincts et les passions primaires de chacun, plutôt qu’encourager le recul, l’écoute de l’autre et la raison.

Cela appelle à la plus grande responsabilité de la part des élus et des ministres du culte et de leurs organisations, chacun dans son domaine. Il en est de même quant au traitement médiatique, qui influence non seulement l’opinion mais aussi les comportements. Certes, la situation globale décrite pourrait nous pousser à désespérer de tout, à ne plus croire en rien. C’est d’ailleurs cette résignation qui domine largement chez de nombreux concitoyens (comment les blâmer ?) mais aussi dans le débat public. C’est pourtant sur elle que surfent les pires extrémismes pour propager les peurs, attiser les haines et conquérir les pouvoirs.

C’est pourquoi, plus que jamais, nous devons croire en l’action publique. Mais celle-ci doit être investie le plus largement possible par l’ensemble de la société civile et laïque. Quelles que soient nos appartenances propres, nos croyances ou nos convictions, nous devons assumer une histoire commune et la construction d’un avenir commun. À tous les niveaux, à celui qui nous apparaît à chacun le plus opportun, nous devons nous investir et agir concrètement, ne pas céder un pouce de terrain à l’enfermement sur soi, au rejet de l’autre ou au renoncement à nos valeurs.

La période de doutes que nous traversons doit être l’occasion de faire émerger une nouvelle génération d’acteurs de la vie publique prêts à s’investir pour lutter contre les déclinistes (omniprésents dans le débat public) mais aussi pour permettre une nécessaire respiration démocratique, usant davantage de la démocratie participative, s’appuyant utilement sur le monde associatif et promouvant l’émancipation et la culture populaire contre un élitisme largement déconnecté et conservateur.

Dans la même rubrique...

Comment s’est passé l’été pour les camps scouts ?

Le bilan des camps d’été est plutôt positif pour les Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France (EEUdF). Pourtant, le contexte était bien particulier à cause de la crise sanitaire.

Un contenu proposé par

Attentat de Conflans : le temps des grands simplismes

Olivier Abel, philosophe et Rachid Benzine, islamologue dialoguent sur la place des religions et de l’Islam en France. Et s’inquiètent d’un choc des représentations et des incultures religieuses.

Un contenu proposé par Campus protestant

L’inquiétude salvatrice

Si ce coronavirus était un coup de semonce ? Un dernier avertissement avant notre joyeuse indifférence aux malheurs des autres… Le point de vue de Didier Sicard, médecin, ancien président du Comité national d’éthique.

Un contenu proposé par Proteste

Les enfants et jeunes adultes sont de plus en plus pauvres

Selon l’Observatoire des inégalités, la précarité touche de plus en plus d’enfants et de jeunes adultes. Or, leur situation s’est aggravée depuis le début de la crise sanitaire.

Un contenu proposé par

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Présence

Présence est le journal de la Mission populaire évangélique de France. Il paraît 2 à 4 fois par an et propose notamment des nouvelles de 13 « Frats » (lieux d’accueil) du mouvement.
NB : de nombreuses actualités sont également relayées sur le blog Blog pop.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram