Travail et protestantisme, une histoire compliquée…

Travail et protestantisme, une histoire compliquée…

… Et parfois douloureuse. Une question sur laquelle se pencher pendant la pause estivale.

Un contenu proposé par Présence

Publié le 20 août 2019

Auteur : Jef Joussellin

À l’heure de la détente des grandes vacances et des bains de soleil, et donc de lire Présence sur la plage, tentons de revenir rapidement sur la question épineuse du travail (quel meilleur moment que le farniente pour cela).

Le protestantisme a sans doute beaucoup à se faire pardonner sur la question du travail. On peut certainement avancer que le travail comme notion et comme concept, séparés par conséquent du reste des activités humaines, apparaît avec la modernité. Esclavage et servage relevaient d’une toute autre organisation des rapports humains, où c’est la personne humaine qui était directement propriété du maître. Avec le capitalisme, et la modernité, c’est le travail qui devient directement le lieu de la domination et de la négociation. Nous entrons dans une société contractuelle. Un progrès ? Incontestablement, dans une certaine mesure ! Et progrès où les protestants ont joué un rôle moteur.

Du capitalisme au socialisme ?

Le nom de Max Weber vient tout naturellement à l’esprit, c’est le cas de le dire, lui qui lie L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme, dans son célèbre livre. Mais très vite, et c’est là peut-être une loi de l’histoire humaine, la société capitaliste et contractuelle se révèle aussi une société de l’exploitation et de la brutalité. Le travail est exploité au profit d’une minorité. Apparaissent alors les premières formes de résistance du monde du travail que sont les syndicats et le mouvement ouvrier. Le système capitaliste doit être analysé et combattu et les grandes théories socialistes et anarchistes font florès. Et chez les chrétiens, et en ce qui nous concerne chez les protestants, naissent le christianisme social ou le socialisme chrétien. Souvent confus, armés seulement de leur révolte contre l’injustice sociale, nous leur devons tout de même les fondements de ce qui nous anime encore.

Une idolâtrie ?

La fidélité à cette histoire nous oblige à penser encore plus avant. La description weberienne est-elle totalement véridique ou est-elle en partie liée à son époque ? La réponse ne peut qu’être nuancée. La glorification du travail et du profit que l’on peut en tirer est bien présente dans les théologies de la prospérité et les sinistres pouvoirs qu’elle soutient. L’exemple du Brésil, à ce titre, fait froid dans le dos. Mais ces courants, c’est l’hypothèse que nous proposons, ne sont-ils pas l’expression d’une forme d’idolâtrie, celle de la réussite sociale et de l’argent-roi. Cette tentation, sans l’ombre d’un doute présente dans le protestantisme dès ses origines, ne peut le résumer.
Car, par la grâce, nous sommes appelés à nous défaire de toutes les idoles. Participer aux combats des humains pour une activité sociale librement consentie et partagée en fait partie. Ces quelques lignes ne sont que le début d’une réflexion qui doit continuer.

Sur le même thème

« L’entreprise, une aventure humaine passionnante »

« L’entreprise, une aventure humaine passionnante »

Loin de toute volonté de prosélytisme, deux dirigeants, une cadre et un délégué du personnel ont accepté d’évoquer comment leur foi chrétienne influence leur travail.

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager
Chrétiens en entreprise : conjuguer foi, éthique et défis économiques

Chrétiens en entreprise : foi, éthique et défis économiques

Les bouleversements du travail nous impactent tous. Qu’en est-il des dirigeants et des salariés chrétiens ? Comment se positionnent-ils ?

Un contenu proposé par Le Nouveau Messager

Charles Gide, éthique protestante et solidarité économique

Charles Gide, économiste protestant français (1847-1932), est à l’origine de l'économie sociale et solidaire.

Un contenu proposé par Éditions Olivétan

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Présence

Présence est le journal de la Mission populaire évangélique de France. Il paraît 4 fois par an et propose notamment des nouvelles de 13 « Frats » (lieux d’accueil) du mouvement. Après une refonte graphique en 2017, la revue trimestrielle dévoile une nouvelle formule en avril 2018.

Derniers contenus du partenaire