Solidarité

Ukraine : « l’Armée du Salut m’a aidée en me trouvant un lit »

Victoria Dudka, enseignante de 27 ans originaire d'Ivano-Frankivsk, fait partie des plus de deux millions d'Ukrainiens qui ont cherché refuge dans la Pologne voisine.

Un contenu proposé par Armée du Salut

Publié le 26 avril 2022

Lire directement l’article sur Armée du Salut

Selon le HCR, « la vitesse et l’ampleur de cet exode et de cette crise de déplacement sont sans précédent dans l’histoire récente ». En coordination avec d’autres agences, l’Armée du Salut à travers l’Europe se mobilise pour répondre aux besoins humanitaires urgents. Aidée par l’Armée du Salut à son arrivée à Varsovie, Victoria partage son expérience avec David Giles, du Territoire du Danemark et du Groenland.

Pouvez-vous décrire votre vie en Ukraine il y a un mois ?

J’étais heureuse de vivre dans la ville d’Ivano-Frankivsk. J’avais une formation de professeur (d’informatique et de graphisme) et je cherchais un nouveau travail. J’avais un petit ami et c’était une période paisible et reposante pour moi, car je disposais de beaucoup de temps libre. Je faisais donc du vélo, du shopping et des activités quotidiennes. J’habitais dans un immeuble très haut, en bordure de la ville, et je pouvais donc voir toute la ville de ma fenêtre ! C’était agréable.

Comment et quand avez-vous pris conscience des hostilités ?

En fait, personne ne s’attendait à ce que quelque chose se produise. Nous avons entendu des rumeurs selon lesquelles la guerre allait probablement éclater, mais nous pensions que ce n’était que de la propagande pour essayer de faire paniquer les gens, vous savez, que ce n’était pas réel. Puis, le 24 février à 6 heures du matin, quelqu’un m’a appelé et m’a dit : « Sais-tu que la guerre a commencé ? Tu dois penser à ce que tu vas faire maintenant, quel est ton plan ? ». Puis nous avons entendu une sirène d’urgence dans la ville. Quand j’ai reçu l’appel, je me suis dit « OK, bien » et je suis allée à la cuisine pour préparer le petit-déjeuner. J’ai allumé le journal télévisé, et ils disaient « ne paniquez pas, ne paniquez pas… oui, il s’est passé quelque chose, mais ne paniquez pas ». Mais alors mon petit ami a commencé à crier : « Regardez ! Ils crient, ils crient ! », a-t-il dit. Nous avons regardé par la fenêtre, et nous avons vu à deux endroits une roquette – comme des bombes qui tombaient. Il y a eu des explosions à deux endroits. C’était un sentiment très étrange parce que nous avons entendu à la télévision au même moment « ne paniquez pas, tout va bien se passer », mais nous avons […]

Lire la suite sur Armée du Salut

Vous pourriez aimer aussi

« L’extrême-droite est la négation même de la solidarité »

Avec d'autres organisations, l'Armée du Salut appelle à se mobiliser en vue du deuxième tour de l’élection présidentielle.

Un contenu proposé par Armée du Salut

« Sans l’Armée du Salut, j’aurai pu mourir »

Noyé dans l’alcool pendant plus de 20 ans, Bernard a failli perdre la vie. Après un grave accident de voiture, il est accueilli par l’Armée du Salut, au Havre.

Un contenu proposé par Armée du Salut

Pour que l’accueil digne soit la règle, pas l’exception !

Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, nous avons été témoins de nombreux discours de solidarité, d’appels aux dons et de mesures exceptionnelles pour accueillir les personnes fuyant la guerre en Ukraine.

Un contenu proposé par Armée du Salut

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Armée du Salut

Fondée en 1878 par le pasteur anglais William Booth, l’Armée du Salut est aujourd’hui une structure internationale implantée dans plus de 120 pays et qui rassemble 2,5 millions de salutistes à travers le monde. De la banque alimentaire aux centres d’Accueil d’urgence, l’Armée du Salut contribue depuis plus d’un siècle à faire progresser la dignité de l’Homme.

Derniers contenus du partenaire

bannière podcast