Frédéric Leclerc-Imhoff
Disparition

Ukraine : mort du journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff 

Le journaliste reporter d’images, qui travaillait notamment pour BFMTV, a été tué par un éclat d’obus dans le Donbass, pendant qu’il couvrait une évacuation humanitaire.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Publié le 31 mai 2022

Auteur : Camille Verdi

Le monde du journalisme est en deuil. La France aussi. Il avait 32 ans et il est mort parce qu’il faisait son métier. Lundi 30 mai, le journaliste reporter d’images Frédéric Leclerc-Imhoff, a perdu la vie dans le Donbass, à l’est de l’Ukraine, à la suite d’un éclat d’obus. Le jeune reporter, qui travaillait notamment pour BFMTV, couvrait une opération d’évacuation, près de la ville de Severodonetsk, en ce moment pilonnée par les forces russes, dans la région de Louhansk. 

Journaliste, Frédéric Leclerc-Imhoff était en Ukraine pour montrer la réalité de la guerre. À bord d’un bus humanitaire, aux côtés de civils contraints de fuir pour échapper aux bombes russes, il a été mortellement touché”, a réagi sur Twitter le président de la République, Emmanuel Macron, ajoutant : “Je partage la peine de la famille, des proches et des confrères de Frédéric Leclerc-Imhoff, à qui j’adresse mes condoléances. À celles et ceux qui assurent sur les théâtres d’opérations la difficile mission d’informer, je veux redire le soutien inconditionnel de la France.

Au moins 4000 civils tués, selon l’ONU

La rédaction de BFMTV a également réagi en évoquant une “immense douleur” : “Le groupe Altice Média et la rédaction de BFMTV partagent la peine de sa famille et de ses proches. Ce tragique événement nous rappelle les dangers encourus par tous les journalistes qui racontent au péril de leur vie ce conflit depuis maintenant plus de trois mois”. Plus largement, c’est toute la profession qui est attristée par cette nouvelle. Comme le rappelle Libération, il s’agit du huitième journaliste tué depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par l’armée de Vladimir Poutine, le 24 février. 

Dans un communiqué, la ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, qui était d’ailleurs en déplacement le même jour dans la région de Kiev, la capitale de l’Ukraine, a déclaré : “La France exige qu’une enquête transparente s’engage dans les meilleurs délais pour faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame”. Au-delà des journalistes sur le terrain qui risquent leur vie pour informer, ce sont les civils qui subissent de plein fouet le drame de la guerre : l’ONU estime qu’au moins 4000 d’entre eux ont été tués depuis le début du conflit.

Dans la même rubrique...

ParcourSup : la belle réussite d’un jeune migrant

Jeune migrant sans-papier, Jonathan Kikanga, 18 ans, élève de terminale, a reçu 25 admissions.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

Les élections dépassent le pré carré évangélique

En temps de crise, les élections révèlent des enjeux cruciaux et les chrétiens sont aussi concernés.

Un contenu proposé par Christianisme Aujourd’hui

Procès des attentats du 13-Novembre : nouvelle suspension à cause du Covid

Le 6 mai, un accusé a été testé positif au Covid-19, reportant ainsi l’audience qui ne pourra reprendre que le 17 mai prochain.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi

Procès du 13-Novembre : « Je ne suis pas un assassin », clame Salah Abdeslam

Le matin du lundi 27 juin, les 14 accusés ont prononcé leurs derniers mots avant la délibération de la cour d’assises spéciale de Paris. Le verdict est attendu mercredi.

Un contenu proposé par Le blog de Camille Verdi