ÉVANGILE DU DIMANCHE

Jean n’est pas la lumière

Le troisième dimanche de l’avent présente le personnage du Baptiseur à travers le quatrième évangile. Le théologien Antoine Nouis analyse Jean 1, 6-8 et 19-28.

Un contenu proposé par Campus protestant

Publié le 13 décembre 2020

Allez directement aux chapitres :
00:07 Lecture de Jean 1, 6-8 et 19-28
02:00 Introduction
03:33 Points d’exégèse
06:04 Actualisation
09:36 Illustration

13 décembre 2020 : Jean 1.6-8,19-28 – 3e dimanche de l’avent

Jean n’est pas la lumière

Introduction

Le 3e dimanche de l’avent présente le personnage du Baptiseur à travers le quatrième évangile.

Le commencement de cet évangile est le prologue qui dit que la parole a été faite chair et qu’elle a fait sa demeure parmi nous (v.14), mais aussitôt après il parle de Jean comme dit que Jésus est celui qui vient après lui. (v.26)

Jésus est à la fois celui qui est la lumière et celui qui vient, ce qui est la tension qui traverse le temps de l’avent.

Points d’exégèse

Attention sur deux points.

Comme dans l’évangile de Marc, Jean inscrit son ministère sous le signe du passage d’Ésaïe qui introduit la deuxième partie du livre. Les quatre évangiles inscrivent leur compréhension du Christ dans le registre de l’exil. (voir la semaine dernière)

Jean, le témoin : 

Jean est qualifié de témoin (marturia), le même mot est repris au verset 19, traduit par témoignage. Le mot évoque bien sûr le martyr et de fait Jean mourra de son témoignage.

Dans les évangiles, la foi est parfois évoquée dans le sens d’une mort à soi-même, à son orgueil, à sa convoitise, à cette idole redoutable qu’est notre ego. Comme le dira plus loin ce même évangile : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés…  Personne n’a de plus grand amour que celui qui se défait de sa vie pour ses amis. » (15.13)

Aimer, ce n’est pas forcément mourir, sinon il n’y aurait plus beaucoup de chrétiens, c’est donner de sa vie pour son prochain, c’est être témoin.

Les pharisiens : 

Le verset 24 dit que ceux qui sont allés au désert étaient envoyés de chez les pharisiens (NBS) ou qu’ils étaient des pharisiens (TOB), mot à mot étaient issus des pharisiens. Parmi les différents mouvements qui étaient dans le judaïsme, les pharisiens étaient ceux dont la spiritualité était la plus tendue vers l’attente messianique, donc qui étaient les plus susceptibles d’être touchés par le message de Jean.

Si souvent les évangiles sont sévères avec les pharisiens, c’est parce que justement ils étaient ceux qui étaient les plus proches de la prédication de Jésus. Les reproches que Jésus fait aux pharisiens sont l’orgueil et l’hypocrisie. L’orgueil, c’est de se croire supérieurs aux autres, et l’hypocrisie, c’est de ne pas vivre ce que nous prêchons. Nous pouvons entendre ces reproches comme étant adressés à l’Église de notre temps.

Pistes d’actualisation

1er thème : Ce que Jean n’est pas

Le texte évoque quatre négations pour parler de Jean : Il n’est pas la lumière, il n’est pas le Christ, il n’est pas Élie, il n’est pas le prophète. En d’autres occasions, l’évangile le décrira comme un ascète du désert (Mt 3.4), Jésus dira qu’il est le plus grand parmi les hommes qui sont nés de femmes (Mt 11.11) et il ajoutera qu’il est l’Élie qui doit venir (Mt 11.14). Jean dit qui il n’est pas, et Jésus dit qui il est. De par nous-mêmes, nous savons que nous ne sommes que cendre et poussière, et par le Christ, nous sommes fils et filles de roi.

2e thème : La lumière

Jean dit qu’il n’est pas la lumière, mais qu’il rend témoignage à la lumière. Il n’est pas la lumière, car il sait bien qu’il reste des ténèbres en lui et qu’il n’est pas totalement transparent à la présence de Dieu comme le sera celui à qui il rend témoignage.

Le propre de la lumière est que lorsqu’elle rencontre les ténèbres, ce n’est pas la lumière qui est enténébrée, ce sont les ténèbres qui sont éclairées.

En chacun de nous, il y a de la foi et de la peur, de l’amour et de l’indifférence, de la gratitude et de l’habitude, de la lumière et des ténèbres. Le propre de la démarche de foi est d’exposer nos peurs, notre indifférence et nos habitudes à la lumière de l’Évangile pour que le Christ vienne poser sa lumière sur nos enfermements.

3e thème : Jean annonce celui qui vient et qui est plus grand que lui

Jean est souvent désigné comme un modèle d’humilité à propos du fameux verset qui dit : Il faut qu’il croisse et que je diminue. Jean ne dit pas qu’il est petit, mais que Jésus est grand. Le vrai humble ne se repère pas aux yeux baissés, à l’air contrit et à la mine effacée, mais à l’esprit ouvert et au regard attentif posé sur l’autre. L’humilité, c’est d’être libéré de la comparaison pour être en mesure de se réjouir avec la même sincérité des talents de son prochain que des siens propres.

Un commentaire rabbinique réfléchit sur la vraie et la fausse humilité : « La différence entre l’homme modeste et l’homme humble, c’est que le premier se considère comme un homme ordinaire et traite les autres hommes comme des personnalités importantes et respectables. Le second se considère comme “poussière et cendre“, mais traite les autres comme moins que poussière… Contentons-nous donc d’être modestes. »

Une illustration

À propos du martyr, au quatrième siècle, après la fin des persécutions, le Père de l’Église Hilaire de Poitiers a pointé le défi qui se présente à l’Église lorsqu’elle est reconnue : « Quant à nous qui n’avons plus un empereur anti-chrétien, nous devons combattre un persécuteur encore plus insidieux, il ne frappe pas notre dos à coups de fouets, il nous caresse le ventre. Il ne nous confisque pas nos biens, mais il fait de nous des riches pour nous donner la mort. Il ne porte pas atteinte à notre liberté, en nous jetant dans les fers, mais il nous rend esclaves des invitations qui nous sont faites et des honneurs dans les palais. Il ne porte pas atteinte à nos corps, mais il prend possession de notre cœur. Il ne nous tranche pas la tête du plat de l’épée mais il nous tue l’âme de ses deniers. » Nous mesurons facilement l’actualité de cette réflexion : le témoin est celui qui reste fidèle dans le combat de la foi malgré les tentations de notre monde, c’est celui qui résiste à cette petite voix qui susurre à son oreille : « À quoi ça sert d’être fidèle à l’Évangile ? Fais comme tout le monde, profite de la vie, consomme, brille, cherche le pouvoir, sois le maître de tes valeurs, oublie tes engagements de jeunesse. Ce qui est à la mode aujourd’hui, c’est d’être mobile, adapté et surtout de ne pas rater le dernier train de ce qu’on doit penser… tu peux même essayer de le précéder ! »

Pour aller plus loin :
Les pasteurs Antoine Nouis et Florence Taubmann commentent le texte biblique de Jean 1, 6-8 et 19-28 : https://campusprotestant.com/video/dimanche-17-decembre-baptiseur-dit-de-lui-meme/

Production : Fondation Bersier
Intervenant : Antoine Nouis

Vous pourriez aimer aussi

Préparez le chemin du Seigneur

Pour ce deuxième dimanche de l'Avent, Marc annonce un évangile, une bonne nouvelle qui est celle de Jésus-Christ, Fils de Dieu. Explications et notes du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Campus protestant

L’appel à la vigilance de Jésus

Dans quatre semaines les chrétiens fêteront Noël, la naissance de Jésus. Pour ce premier dimanche de l'Avent, le chapitre 13 de l'Evangile de Marc nous invite à à la vigilance et à l’écoute. Les explications du théologien Antoine Nouis.

Un contenu proposé par Campus protestant

Parabole des talents : que faisons-nous de nos talents ?

La parabole des talents compte parmi les paraboles les plus connues. Elle dépeint un maître qui gratifie des serviteurs méritants, et qui en punit un autre pour sa paresse. L'attitude des 3 serviteurs est soulignée.

Un contenu proposé par Campus protestant

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Campus protestant

Plateforme de réflexion et de diffusion en vidéo de la pensée et des convictions du protestantisme, Campus protestant produit et met en ligne des vidéos de conférences, de colloques, d’enseignements, de cours et de présentations de livres.

Derniers contenus du partenaire

Les dossiers thématiques de Regards protestants