04.06.2022 : Jean 14.15-26 – La promesse de l’Esprit

Une promesse de Pentecôte

Introduction

Nous sommes aujourd’hui le dimanche de la Pentecôte. L’année dernière, nous avons fait porter notre méditation sur le récit des Actes (voir vidéo mise en ligne le 17 mai 2021), et c’est une bonne idée de méditer sur la Pentecôte à partir d’autres récits, et notamment ce passage de l’évangile de Jean dans lequel Jésus fait à ses disciples une promesse de Pentecôte.

Cela dit, je m’interroge sur les choix du lectionnaire. En effet, l’évangile proposé pour ce dimanche est le même que celui d’il y a deux semaines (22 mai). Le lectionnaire du dimanche a pour ambition de nous faire parcourir tout l’évangile en 3 ans, c’est-à-dire en en peu plus de 150 récits. Pourquoi proposer le même passage à notre méditation alors qu’il y a en d’autres qui n’ont pas été sélectionnés ?

Points d’exégèse

Attention sur deux points.

Pentecôte chez Jean

Le récit de ce dimanche n’est pas celui de la Pentecôte proprement dite – l’envoi de l’Esprit – que nous avons déjà médité le dimanche après Pâques, mais celui de la promesse de l’Esprit. Lorsque Jésus a soufflé sur ses disciples l’Esprit, c’était un esprit de pardon (Jn 20.21-23), ici c’est un esprit de vérité et d’amour. La vérité, l’amour et le pardon entrent en résonnance.

 

Voir Dieu

Encore un peu, et le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez… et ce jour-là, vous saurez. À juste titre, Judas demande pourquoi le ressuscité ne se présente pas de façon incontestable au monde entier, et Jésus répond qu’il sera présent aux côtés de ses disciples par son Esprit.

Vous saurez. Vous aurez quoi ? Que Dieu est amour et qu’il vient faire sa demeure dans ses disciples. La vérité du Christ n’est pas une vérité extérieure qui s’impose au monde, c’est une vérité que chacun est invité à accueillir dans son histoire et qui lui dit qui il est.

Calvin a écrit au commencement de son Institution Chrétienne que la somme de la sagesse consiste à savoir qu’en connaissant Dieu, chacun aussi se connaisse lui-même.

Pistes d’actualisation

1er thème : Aimer Dieu, garder ses commandements, la promesse de l’Esprit.

Le premier verset dit : Si vous m’aimez, vous garderez mes commandements. Le quatrième évangile est celui qui parle le plus de l’amour, mais c’est la première fois qu’apparaît l’idée d’aimer Dieu.

L’amour de Dieu est à la base de la foi d’Israël (Écoute Israël, tu aimeras le Seigneur ton Dieu de toute ta personne), il est assimilé au fait de garder les commandements et associé à la promesse de l’Esprit.

Si l’amour est un commandement, c’est qu’il n’est pas naturel. Nous devons travailler sur nous-mêmes pour nous aider à aimer, une des façons de le faire est d’être à l’écoute des commandements que le Christ a évoqués dans l’entretien avec ses disciples-: Vous devez vous laver les pieds les uns aux autres (Jn 13.14) ; Aimez-vous les uns les autres (Jn 13.34) et : Mettez votre foi en Dieu, mettez aussi votre foi en moi (Jn 14.1). L’Esprit promis est celui qui permet de vivre le service, l’amour et la confiance.

L’amour n’est pas un sentiment, aimer c’est servir, c’est faire, c’est avoir confiance.

2e thème : L’Esprit vous enseignera tout

Le verbe enseigner est au futur, ce qui induit qu’aujourd’hui nous ne savons pas tout. Cette parole rejoint la promesse de l’Esprit que l’on trouve dans le livre de Jérémie : Je mettrai ma loi au dedans d’eux, je l’écrirai sur leur cœur… Celui-ci n’instruira plus son prochain… car tous me connaîtront (Jr 31.33-34).

Accueillir l’Esprit de Pentecôte, c’est commencer par reconnaître qu’on ne sait pas tout, c’est accepter de déposer nos savoirs et nos questions pour accueillir l’Esprit.

La foi n’est pas une doctrine, c’est une vie qui commence par l’acceptation de ne pas tout savoir, il y a une part de mystère dans la foi. Le théologien Louis Evely a dit  : La foi est un mélange de lumière et d’obscurité. Croire, c’est être fidèle dans les ténèbres à ce qu’on a vu dans la lumière. On ne sait pas tout, mais on continue à avancer et l’Esprit nous accompagne dans notre marche.

3e thème : L’Esprit de vérité dit le Fils

La promesse de l’Esprit est mise en lien dans cette partie de l’évangile de Jean avec le départ du Christ. Les disciples ne seront pas abandonnés parce que la mission de l’Esprit est de dire le Fils et nous mettre en mémoire tout ce qu’il a dit. Tout ce qui ne renvoie pas au Christ n’est pas de l’ordre de l’Esprit de vérité.

Nous retrouvons la grande affirmation de l’évangile. Tout ce que nous pouvons savoir sur Dieu, c’est par le Fils et tout ce que nous pouvons savoir sur le Fils, c’est par l’Esprit. Cette articulation est une ouverture à la Trinité que nous méditerons la semaine prochaine.

Une illustration : la tasse qui déborde

Pour accueillir l’Esprit, il faut commencer par lui laisser une place dans notre histoire comme le raconte l’apologue suivant.

Un homme a appris qu’il existait dans une cabane un sage susceptible de lui apprendre la sagesse. Il entreprend un grand voyage pour le voir. Le sage l’invite à s’asseoir en face de lui et prend la théière qui est sur le feu. Il verse le thé dans une tasse, mais quand la tasse est pleine, le sage continue de verser si bien que la coupe déborde. Le sage dit : « Tu es tellement plein de toi-même, qu’il n’y a pas de place en toi pour la sagesse, commence par faire le vide et reviens me voir ! »

Pour aller plus loin :
Le théologien Antoine Nouis commente le texte biblique de Actes 2, 1-11 : campusprotestant.com/video/le-vent-de-la-pentecote/

Production : Fondation Bersier
Intervenant : Antoine Nouis