Témoignage

« Cette catastrophe repose les termes de la mort »

Médecin et président du Conseil presbytéral de Bayonne-Biarritz, Jean Déaux raconte cette crise sanitaire.

Un contenu proposé par Ensemble - Sud-Ouest

Publié le 4 mai 2020

Auteur : Corinne Gendreau

Lire directement l’article sur Ensemble - Sud-Ouest

Jean Déaux, comment traversez vous cette crise sanitaire en tant que médecin ?

Je suis médecin en préretraite et médecin bénévole dans un centre d’accueil pour migrants, en lien avec la Cimade qui est impliquée localement dans l’accueil des mineurs non accompagnés. La voie d’immigration par Bayonne/Biarritz existe depuis un an et demi, depuis que Salvini a fermé les frontières de l’Italie. En ce moment, j’ai beaucoup, beaucoup de travail…

Et en Église comme président de Conseil presbytéral ?

En Église, le maître-mot est le mot « Lien ». Garder le lien avec les uns et les autres, aider à se coordonner, écouter. Ma fonction médicale est rassurante, en plus je suis un praticien au front, et j’écoute. C’est très important de prendre le temps d’écouter.

Au niveau paroissial, très vite se sont mises en place des conférences téléphoniques afin d’organiser la période : en plus du journal paroissial mensuel, une lettre a été envoyée tous les dix jours pour donner des nouvelles des uns et des autres, proposer des prières et méditations, des liens vers des sites de l’EPUdF (méditation quotidienne en Sud-Ouest) et aussi un mot de la trésorière, car les finances se sont écroulées. Tous les jours à 18h, le mot d’un pasteur voisin, celui des Landes, a été envoyé par mail.

Les conseillers presbytéraux ont téléphoné aux personnes âgées pour prendre des nouvelles, et parler, car il est important d’entendre des voix, d’avoir un lien humain. Cette crise donne sens à la vie et à la voix. L’immédiateté de ce lien est très importante.

Comment rassurer ou annoncer l’espérance dans un tel contexte ?

Cette catastrophe repose les termes de la mort. En premier à nous, les médecins, habitués à une sorte de toute puissance technicienne face à la mort, avec parfois la peur de la mort. Or un misérable virus se répand comme  […]

Lire la suite sur Ensemble - Sud-Ouest

Vous pourriez aimer aussi

Confinement : le vécu de Raymond Ruffe, pasteur à Levallois

Confinement : le vécu de Raymond Ruffe, pasteur à Levallois

Zoom sur quelques initiatives locales pour maintenir le lien malgré le confinement !

Un contenu proposé par Fédération baptiste – Actus

« On avait complètement oublié la mort »

Nadine Davous, médecin et éthicienne, livre ici quelques premières leçons du Covid-19, la présence de la mort, la place des personnes âgées dans notre société.

Un contenu proposé par Campus protestant

Christophe Deltombe : « il n’y a plus aucune ONG en Méditerranée »

La Cimade reste mobilisée en faveur des personnes étrangères dont la situation s’est fragilisée avec le covid-19.

Un contenu proposé par Une plume et des gens

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Ensemble – Sud-Ouest

Mensuel de l’Église Protestante Unie de France en Sud-Ouest, il offre à ses lecteurs un apport spirituel, des informations sur leur église sur le plan local, mais aussi sur l’Église au niveau national et international. Enfin, le journal Ensemble veut aider ses lecteurs à penser bibliquement les problèmes du monde contemporain.

Derniers contenus du partenaire

Rejoignez-nous sur Instagram