Réflexion

Dans les paroisses, on attend le retour de l’apéro

Pour l'heure, avec la pandémie, les églises doivent renoncer aux moments de convivialité, ce qui manque aux fidèles.

Un contenu proposé par Réformés

Publié le 4 septembre 2020

Lire directement l’article sur Réformés

«Après la reprise de la cène, certains paroissiens m’ont dit que ce qui leur pèse le plus, ce n’était pas l’absence d’eucharistie, mais de collation», explique Nicolas Charrière, pasteur à Romainmôtier (VD). «Les mesures de distance physique entre les gens que l’on doit respecter aujourd’hui pèsent sur les fidèles. Elles donnent l’impression que l’autre est source de méfiance et de danger alors que dans une communauté l’autre devrait être source d’enrichissement et de partage», développe le ministre. «C’est vrai qu’il n’y a plus beaucoup de vie communautaire, mais ce qui lie la communauté c’est le culte», assure pour sa part Alice Duport, pasteure au Val-de-Ruz (NE). «Dans le fond, tout le monde joue le jeu dans un esprit bon enfant», assure-t-elle. «J’accueille les paroissiens à l’entrée et leur asperge les mains de solutions hydroalcooliques, ce qui donne souvent lieu à des plaisanteries!»

Gobelets individuels

«La sainte cène se passe uniquement en défilé avec des gobelets individuels et du pain précoupé», rapporte Yves Bourquin, pasteur à la paroisse neuchâteloise du Joran (Bevaix – Boudry – Cortaillod). «Le sens fondamental de la cène protestante, qui est de former par un grand cercle le corps du Christ qu’est l’Eglise, ne peut plus se vivre symboliquement. Même si nos paroissiens préfèrent célébrer la cène plutôt que de ne pas la célébrer du tout. Ils sentent que son fondement spirituel est tronqué. Ils remarquent plus  […]

Lire la suite sur Réformés

Vous pourriez aimer aussi

L’Assemblée du Désert 2020 annulée

Le grand rendez-vous annuel protestant devait se tenir le 6 septembre, sur le site du musée du Désert, à Mialet, dans le Gard.

Un contenu proposé par Évangeliques.info

Le coronavirus a boosté l’accompagnement spirituel sur le web

En Suisse allemande, les demandes sur le site d’accompagnement spirituel en ligne «Seelsorge.net» ont presque doublé au cours du premier semestre 2020.

Un contenu proposé par Réformés
Ne pas se réfugier derrière son masque

Ne pas se réfugier derrière son masque

Nous pouvons toujours nous libérer en demandant notre liberté à Celui qui nous la donne. Un certain Jésus devenu Christ.

Un contenu proposé par Réveil

UN CONTENU PROPOSÉ PAR

Rejoignez-nous sur Instagram